« Personne n’est parvenu à gagner cinq Scudetti de suite en presque 80 ans. Mais en gagner six de suite, ça c’est vraiment que quelque chose que personne n’a jamais fait et c’est clairement notre objectif principal, en plus de notre volonté d’être compétitifs en Europe ». Dans les colonnes du magasine Eco, le vice-président de la Juventus Pavel Nedved annonce la couleur : gagner cinq Scudetti, c’est bien. Six c’est mieux. Des propos qui ne surprennent personne quand on connait la juventinità et la soif de victoires de Pavel Nedved.

La Juve doit ses succès à son formidable groupe, son excellent entraîneur mais aussi à sa direction : « Tout le monde dit qu’on a encore gagné la serie A mais cette année, c’était difficile. Nous avons réussi parce que nous sommes tous restés unis, de Agnelli à Marotta. Nous avions cette conviction de soutenir Allegri et de ne pas changer de direction. Nous savions qu’il y aurait eu des difficultés vus les changements que nous avions effectué au sein de l’effectif. Mais nous n’avons pas paniqué et nous avons maintenu notre décision. Ce qui est arrivé ensuite démontre que nous avions raison. La Juventus a montré qu’elle était gérée par des personnes qui comprennent le football et ça, c’est très important ».

Il a ensuite évoqué le mercato : « Nous sommes trois à être responsables du mercato bianconero : Marotta, Paratici et moi. Le président Agnelli supervise le tout, il échange avec nous mais il nous laisse toujours la décision finale. ‘C’est pour ça que je vous ai choisi et que vous êtes ici’ nous dit-il toujours. C’est lui qui m’a voulu au sein de la direction de la Juventus. Au début, il voulait qu’on revienne parmi les meilleurs en Italie et maintenant que nous l’avons fait, notre objectif est d’être vraiment plus compétitifs en Europe. Nous avons joué des grands matchs cette saison, nous n’avons pas mal fait mais notre idée n’est pas de participer, c’est de gagner. Remporter la Champions League ? C’est une compétition extrêmement difficile, les plus petits détails peuvent être décisifs. Ce n’est pas un championnat, le championnat un marathon : en Champions, c’est la vie ou la mort dans un affrontement direct ».

En vacances en Floride, Pavel Nedved en profitera pour jeter un œil à la Copa America et en particulier le match Brésil-Haïti qui se jouera mercredi à Orlando. L’occasion pour lui de voir jouer et certainement rencontrer le futur joueur de la Juventus Dani Alves : « Ca a été une saison longue et épuisante, je n’irai pas voir l’Euro mais en revanche je pourrai observer le Brésil à Orlando. Paratici ira en France, je suis en contact permanent avec lui. Nous avons déjà pris contact avec les joueurs qui nous intéressent. Il faut le faire le plus tôt possible, avant que les compétitions ne commencent parce que ces tournois peuvent faire augmenter le prix des joueurs en forme et démolir ceux des joueurs qui brillent mois ».

LAISSER UN COMMENTAIRE