Deux derby d’Italia en moins d’une semaine, c’est un événement rare mais c’est surtout un événement qui va conditionner la saison de la Juventus. Car, si la Juventus bat demain l’Inter, elle disposera d’une avance de 4 points sur le Napoli, qui affronte lundi la Fiorentina, 3ème du championnat. Puis, si elle confirme mercredi le 3-0 du match aller, la Vieille Dame se qualifiera en finale de Coppa Italia. Allegri a conscience de l’importance de cette semaine : « Il faut avant tout recommencer à gagner après deux matchs nuls consécutifs. Ensuite, confirmer la première place indépendamment du résultat du Napoli. Enfin, se rendre mercredi à San Siro pour conquérir la finale ».

Mais une chose en son temps, les bianconeri doivent d’abord se concentrer sur le match de championnat : « Nous devrons être bons au niveau tactique, et technique, dans la vitesse des passes. Contre le Bayern, nous étions contents de la remontée, mais moi, même si j’étais conscient que la réaction des garçons a été extraordinaire, je suis resté sur la première période. En Europe, si tu veux te qualifier, tu dois faire circuler le ballon rapidement et jouer avec une bonne technique. De ce point de vue là, nous devons progresser. Nous avons déjà le caractère de la grande équipe dans l’ADN et les modules ne sont pas décisifs. Les éléments sur lesquels tu progresses en Europe, tu les gardes inévitablement en Italie aussi ».

A l’aller, la Juventus était en grande difficulté et l’Inter jouait la première place. Le rapport de force s’est aujourd’hui inversé : « Cela confirme ce que je disais au début de saison, il faut être patient car dans le football tout change. Et attention parce que tout peut encore changer d’ici les trois prochaines journées. Donc, il faut rester concentrés, attentifs, travailler. Et gagner ». Le match aller, à Milan, s’était achevé sur un score nul et vierge : « Nous avions bien joué contre une équipe qui à a ce moment gagnait toujours. A l’époque, je disais déjà que je voyais les caractéristiques nécessaires à la remontée : évidemment, même moi je ne m’attendais pas forcément à une série de 15 victoires consécutives mais je savais que l’équipe devait juste se relancer ».

Allegri a ensuite fait le point sur les forces en présence : « A part Marchisio, qui revient bientôt et Caceres, qui malheureusement en a pour longtemps, j’ai tout le monde à disposition même si ils n’ont pas tous la même condition physique. Mais c’est important, à ce moment de la saison ». Hernanes remplacera-t-il Marchisio ? « Contre le Bayern, il m’a plu, il a très bien couvert les montées et il a fait un excellent travail au milieu. Je suis sûr que le rôle de Hernanes est devant la défense : il joue bien en passes courtes et passes longues, il a une belle frappe de loin et il se sert de ses deux pieds ». Quelle formation demain ? « Il n’y a rien de décidé parce que je dois encore voir l’entraînement d’aujourd’hui, voir comment vont Barzagli, Khedira et ceux qui ont beaucoup joué ces derniers jours, si ils ont bien récupéré ou pas ».

Même si rien ne sera fait, une victoire demain pourrait être un pas de plus vers le Scudetto : « Le championnat reste équilibré. Le Napoli n’est pas en crise, la Roma a les caractéristiques pour mettre en œuvre une série qui la ramènerait dans la course au titre. Le match de demain est pour nous la premières des trois confrontations directes qu’ils nous restent à jouer dans ce championnat : c’est certain que maintenant, plus les journées passent, plus les rapports de force se démarquent ».

Le match retour de Champions League sera forcément un peu dans les têtes : « Nous avons obtenu un bon résultat mais nous devrons aller là-bas avec la conviction de se qualifier. Mais nous penserons à cela le 12 mars. Avant, nous devons rester concentrés sur la course au cinquième Scudetto consécutif, qui pour nous, est un objectif fondamental et serait un exploit historique ».

Marotta a cette semaine annoncé que la direction rencontrera Allegri pour parler d’une prolongation. Le mister a cependant botté en touche : « Ces paroles me font plaisir, notamment parce que j’ai toujours dit que j’étais bien à la Juventus mais ce n’était pas le moment d’en parler. Notamment parce que le futur est encore à tracer ». Mais si Marotta lui proposait la prolongation dans une heure, accepterait-il ? « Dans une heure non, parce que j’ai l’entraînement. Et il faut même manger avant. Après le match de demain, c’est impossible parce que nous avons l’Inter en Coppa. Mais je n’ai jamais eu de problèmes avec la société, vraiment. La Juventus est une des plus grandes équipes d’Europe, donc il y a un projet et au delà de ça, la progression d’une nouvelle équipe qui a commencé cette année avec dix recrues. J’ai le devoir d’aider ces garçons que j’entraîne et faire gagner la Juventus ».

Avec la probable signature de Conte à Chelsea, la Nazionale devra trouver un nouveau sélectionneur après l’Euro 2016. Allegri fait partie des favoris mais il a plutôt été agacé par cette énième question sur son avenir : « On en parlait déjà après Milan, soit-disant que je devais devenir sélectionneur. Si je suis à la Juventus, je ne vois pas pourquoi vous voulez m’en renvoyer. Il y a beaucoup d’autres entraîneurs qui ont plus d’expérience que moi qui peuvent devenir sélectionneur. Et puis ils ont déjà un sélectionneur, pourquoi vous voulez un autre sélectionneur, je ne comprends pas. Il y a Conte, laissez le jusqu’à l’Euro ensuite on verra si il s’en va ou s’il va là… Qu’est ce que j’en sais ? Tout ce que je sais, c’est ce que je dois faire moi, pas les autres ».

LAISSER UN COMMENTAIRE