C’était vraiment pas la soirée dont rêvait la Juventus. Après avoir concédé l’ouverture du score par le biais de Mario Lemina, la Louve a chassé une Juve largement remaniée pour finalement s’imposer 3-1 face aux Bianconeri, qui perdent peut-être Mario Mandzukic dans la foulée. Un sacre retardé, mais pas compromis.

L’atmosphère était tendue au Stadio Olimpico, la victoire écrasante du Napoli chez le Torino (0-5) permet aux Partenopei de passer deuxième au classement et met la pression sur les Giallorossi condamnés à gagner pour revenir à leur position de dauphin. Côté bianconeri, la principale préoccupation concerne le titre à valider dès cette rencontre, mais aussi les prochaines échéances, dont la Lazio pour la finale de Coppa Mercredi, qui occasionne un gros turn-over avec la présence en début de match de Lemina, Sturaro, Asamoah, Lichsteiner, Cuadrado et Benatia notamment. Aux grandes soirées les grands Hommes ; Monsieur Alessandro Del Piero fait l’honneur de sa présence à l’Olimpico pour soutenir sa Juve dans sa conquête du 35e titre.

Del Piero en grand prince, acceptant une photo avec un fan.

On retrouve donc de la tension sur le green, où Vieille Dame et Louve se toisent tour à tour, le premier frisson est offert par Asamoah qui reprend puissamment une balle sortie de cafouillage qui vient sonner le poteau droit romanista. Durant les 20 premières minutes, on assiste à un match relativement verrouillé ou l’on joue l’attaque-défense. Jusqu’au moment où une inspiration Pirlesque de Sturaro arrive au deuxième poteau jusqu’à Pipita, l’argentin remise intelligemment pour Lemina qui surgit plein axe pour déflorer le score, 0-1 (21e). A ce moment, la Juve pensait pouvoir fêter son sacre. Il faudra moins de 4 minutes à la Roma pour casser le délire bianconero, sur un corner, Manolas reprend une tête que Buffon dévie sur De Rossi qui s’y prend par deux fois pour tromper Gigi, 1-1 (25e).
Suite à cette égalisation, le match retombe dans ses travers des 20 premières minutes, peu de choses à se mettre sous la dent dans ce match qui se joue au milieu de terrain et en défense. Un missilazo d’Higuain plein axe surgit de l’ombre à la 35e minute, mais le portier Giallorosso dévie des deux mains pour le seul vrai frisson de la fin de première période.

La seconde période démarre sur les mêmes bases que la première, bien que marquée par de nombreux duels parfois rugueux, Fazio (46e) et Daniele De Rossi (51e) écopent d’un carton jaune. C’est sûr ce rythme haché que la soirée commence à mal tourner ; Sur un débordement côté gauche, El Shaarawy élimine Lichsteiner avant de tromper Buffon d’une frappe du droit très bien enroulée à ras de terre pleine de réussite. 2-1 (56e). Alors que la Juventus tarde à réagir, Allegri fait rentrer Dani Alves à la 64e minute, ce qui ne réveille pas la Vieille Dame pour autant, pire même, sur une remise parfaite de Salah, Radja Nainggolan dans la surface ajuste Buffon d’une frappe limpide, ça fait 3-1 (67e). La Roma a alors fait le plus dur, verrouille complètement tandis qu’Allegri tente le all-in en faisant entrer Paulo Dybala dans un premier temps avant de recomposer une Juve quasi-type avec l’entrée en jeu de Claudio Marchisio pour Cuadrado à la 77e minute. Les tentatives sont vaines et pour ne rien arranger, Mandzukic se blesse à la hanche sur un duel. Les 3 changements étant effectués, il continue quand même le match jusqu’à la fin dans la souffrance, ou les tentatives stériles s’empilent, la Juve s’incline 3-1 face au Stadio Olimpico.

La Juve retarde son sacre, mais il reste encore 2 rencontres pour décrocher les 3 points qui valideront le 35e titre de l’histoire du club. Prochain impact en championnat contre Crotone, au Juventus Stadium, le week-end prochain, mais avant ça, la finale de Coppa contre la Lazio ! Andiamo !

Entre p'tits ponts lyriques et tacles à la jugulaire. S'est déjà fait les croisés à l'auriculaire gauche. Deux fois.

LAISSER UN COMMENTAIRE