Après la sucrerie du milieu de semaine, le championnat de la Botte reprend ses droits, avec au menu, la 7e journée de Série A. La Dea et la Signora se retrouvent en tenue de soirée pour la gourmandise footballistique dominicale à Bergame. Trois nouveaux points à disputer dans une rencontre entre deux dames qui sent bon la fragrance Européenne.

L’HISTORIQUE

11 victoires pour les Nerazzurri, 36 matches nuls et 63 victoires pour les Bianconeri : Ce sont les résultats des 110 rencontres en Serie A entre l’Atalanta et la Juve. Presque autant que le nombre de fractures ouvertes à l’arcade dans la carrière de Giorgio Chiellini.

Le dernier rendez-vous en date fut en Avril. Alors qu’Andrea Conti avait ouvert le score, c’est Leo Spinazzola prêté par la Juve qui remet les compteurs à égalité d’un but contre son camp. La Juve pensait avoir fait le plus dur en s’offrant le 2-1 sur une tête plongeante de Dani Alves, mais Freuler casse l’ambiance en offrant le match nul aux Bergamaschi dans le money time.

QUI ES-TU, ATALANTA B.C. 2017/2018 ?

Jusqu’ici, l’Atalanta était ce club éternellement condamné au milieu de tableau. Avec l’un des meilleurs centres de formation d’Italie, l’entité sportive assurait sa pérennité financière avec l’argent généré par la plus-value de la vente de ses joueurs. Celle que les italiens appellent « La Reine des Provinciales »  a pourtant bien changé, sa gestion parfaite engageant choix d’un bon coach et de bons joueurs l’a guidé à une superbe qualification en Europa League, profitant aussi de la méforme des équipes Milanaises.

Malgré les ventes de Kessié et Conti à Milan, l’Atalanta a su montrer les dents pour garder quelques hommes forts (Spinazzola…), en acheter/prêter d’autres à gros potentiel (Orsolini). La Dea a su garder un noyau solide, avec une jeunesse garante de son jeu fort, agressif, au pressing haut, où chaque joueur doit pouvoir assumer une polyvalence et faire le café à chaque poste. Un style frais façon Ajax revendiqué par le coach Gasperini lui-même pour un jeu plutôt offensif et libéré. Un groupe de jeunes bien cadrés par l’expérience de Alejandro « Papu » Gomez, capitaine des Atalantini.

LA FORME DU MOMENT

Mis à part deux pépins en tout début de saison (la chance de démarrer sa saison en affrontant la Roma et le Napoli à J1 et J2) force est de constater que l’Atalanta s’est bien remise en route n’a perdu aucun de ses 6 derniers matches. Pour les derniers faits d’arme : un nul concédé face à la Fiorentina et un autre très satisfaisant décroché à l’extérieur contre l’Olympique Lyonnais en Europa League. Sans parler de la rouste infligée à Everton mi-septembre (3-0).

Côté Juve, on se porte très bien. Un sans-fautes en Serie A ponctué d’une victoire en milieu de semaine contre l’Olympiakos en Champions. Et un Gonzalo Higuain enfin libéré-délivré ! Ce qui servira très probablement dans la lutte à la première place, parce que le Napoli ne lâche toujours rien avant d’affronter Cagliari ce midi.

LES STATS

. 9 des 10 derniers matches contre la Dea au Stadio Atleti Azzurri d’Italia ont été remportés par la Juve. Une stat’ que Nabil Fékir ignore probablement.

. D’ailleurs ça fait 25 matches que l’Atalanta n’a pas battu la Juve. C’était un funeste Dimanche 4 Février 2001, et la France n’avait pas encore été touchée par la Star Ac’.

. Les 2 seuls buts en carrière de Andrea Barzagli avec la Juventus ont tous deux étés inscrits contre l’Atalanta.

ZOOM SUR

Gaetano Scirea. On vous parlait du formidable centre de formation de la Dea. C’est à l’Atalanta que l’on doit l’un des plus grands gentlemen du football et légende de la Juventus : Seize années en bianconero, 552 matches disputés, et aucun carton rouge. Prends-en de la graine…

Mattia Caldara ! Lui aussi défenseur, lui aussi formé à l’Atalanta, lui aussi destiné à la Juventus dès 2018 puisqu’acheté le 19 décembre dernier par la Societa. 7 pions en Serie A pour le meilleur défenseur-bomber du pays la saison passée. En attendant la photo définitive avec le maillot et le serre-pince corporate avec Beppe, ça sera l’abbraccio de circonstance pour lui.

Même chose pour Leonardo Spinazzola prendra la même route que son coéquipier actuel pour rejoindre la Juventus en 2018. Pur produit Juventino corps & âme, il avait fait pourtant fait pression pour rejoindre l’équipe dès Août dernier au bout d’un feuilleton qui avait laissé tout le monde amer. Pas d’inquiétude Leo, le train va bientôt repasser.

… Et un dernier abbraccio pour Riccardo Orsolini lui aussi l’œuvre d’un prêt de la Signora vers la Dea qui aime décidemment confier ses petits à sa seule copine noire et bleue acceptable du pays.

Giorgio Chiellini. le Juventino vient de rejoindre l’association Common Goal de Juan Mata et reversera 1% de son salaire aux œuvres de charité. Giorgio, c’est le sparadrap sur votre cœur quand ça va mal. Quand il ne le porte pas lui-même sur la tête.

Mirko Vucinic fête aujourd’hui ses 34 ans. On rappelle que Mirkone, c’est 96 matches en bianconero, 26 buts, 5 trophées et la seule célébration en slip reconnue du Juventus Stadium (à quand cette célébration dans Fifa ?). Auguri !

Last but not least… C’est notre rédactrice Emilie qui fête son anniversaire aujourd’hui ! La Juve a trouvé sa raison de l’emporter ce soir. Auguri Emy !

LES COMPOS PROBABLES

« Plus trop de blessés, ça se vide », disions-nous ? Pas si vite, la Juve est toujours bien en course pour remporter le scudetto des infirmes : De Sciglio, Howedes, Marchisio, Khedira et Pjanic seront absents en plus de Pjaca toujours hors course mais qui se remet au travail doucement. En attendant, la vieille dame marche toujours sur une jambe et ça risque de devenir un gros souci si ça perdure… Selon Sky, Bernardeschi connaîtra sa première titularisation depuis son arrivée.

 

Entre p'tits ponts lyriques et tacles à la jugulaire. S'est déjà fait les croisés à l'auriculaire gauche. Deux fois.

LAISSER UN COMMENTAIRE