Après sa victoire contre Monaco en Champions League, la Vieille Dame a l’occasion de terminer sa semaine en beauté en accueillant le Toro au Juventus Stadium, à l’occasion du 193e Derby Dela Mole officiel de l’histoire des deux équipes. De nature bouillante, ce match aura une saveur d’autant plus particulière pour deux raisons : La rencontre entre deux des meilleurs bombers du Calcio que sont Higuain et Belotti, et parce que la victoire peut potentiellement signifier Scudetto pour la Juve. Chaud devant !

LE MATCH ALLER : GONZALO RENVERSE LE TORO

16e Journée de Serie A – Torino 1 -3 Juventus
(15′ Belotti, 27′ Higuaín ; 81’ Higuaín, 92′ Pjanic)

C’était un froid après-midi de Décembre dans un Olimpico bouillonnant, le Toro 7e accueille une Juve déjà leader de Serie A. Dès le quart d’heure de jeu, le Torino ouvre le score grâce à un coup de tête de la révélation granata de la saison, Andrea Belotti. Il en faut plus à la Juve cependant, qui revient au score avant la mi-temps grâce à Pipita, parfaitement remisé par Mandzukic d’une talonnade pleine d’amour.

On attendra les 10 dernières minutes de jeu en seconde période pour voir le dénouement de la rencontre se dessiner, Higuain encore lui, réceptionne un long ballon de Chiellini en pivot et fustige Joe Hart d’une demi-volée. Le Torino craque définitivement dans le temps additionnel ; un Paulo Dybala fraichement revenu de blessure fait son entrée, ridiculise l’aile gauche granata en se débarrassant du pressing de 3 défenseurs et sert merveilleusement Pjanic pour enfoncer définitivement le clou. Emballez, c’est pesé.

L’HISTORIQUE

Sachant que le tout premier Derby della Mole eut lieu en 1907, on va écrémer un peu et se limiter aux résultats en Serie A dans le format qu’on lui connaît aujourd’hui, ce qui fait tout de même 143 confrontations entre les deux équipes, la balance penche assez largement du côté Bianconero avec 67 victoires de la Juve contre 35 du côté Granata, n’oublions pas les 41 fois ou les deux équipes n’ont su se départager.  Difficile pour le Toro d’imaginer inverser la tendance pour le moment, l’équipe se conforte au meilleur des cas dans le ventre mou de la Serie A en ne visant guère plus.

LA FORME DU MOMENT

Invancu depuis 6 matches en Serie A, le Toro compte 3 victoires et 3 nuls au compteur et peut débarquer au Stadium avec une relative confiance. La grande force de l’équipe réside en sa pointe offensive. Déjà buteur à l’aller, le très travailleur Andrea Belotti affole les compteurs cette saison avec ses 25 buts, tandis que Ljajic et Falque sont les autres hommes fort de ce Torino édition 2016/2017, faisant voler leurs records respectifs de productivité en terme de buts ou d’assists. Bien que le Toro pointe à une modeste 9e place, il faudra donc rester prudent. Le coach du Toro, Sinisa Mihajlovic a déclaré « Nous aurons besoin de rage de vaincre, de concentration et d’un peu de chance ».

La Juventus, elle, ressort fière et sûre de ses forces d’une demi-finale de Ligue des Champions remportée à l’extérieur à Monaco. Les hommes d’Allegri sont habitués à jouer tous les 3 jours mais attention au coup de pompe, le toscan devra jongler entre sécuriser le scudetto au plus vite et faire tourner un effectif en vue de la C1. Mis à part le nul contre l’Atalanta sans incidence, le bilan bianconero ne souffre d’aucune bavure. Le moteur est bien huilé et la moisson sur la botte continue.

ZOOM SUR

Sami Khedira et Stefano Sturaro. S’ils sont titularisés, ça fera 50 apparitions en Serie A sous le maillot Bianconero pour eux. Complimenti ragazzi !

Andrea Belotti. « Il Gallo » (Le Coq) , c’est un dos énorme, et 25 buts en 31 matches de Serie A, en plus d’être déjà une promesse pour l’Italie en vue du mondial russe. Attention.

Iago Falqué. Rien de spécial mais sachez juste que comme beaucoup d’autres, son idole se nomme Alessandro Del Piero. Ça mérite bien une mention.

Lorenzo Bonucci. Le fils de Leo est tifoso granata, tandis que son frère Matteo est Juventino. On vous laisse imaginer le bazar dans la casa Bonucci les jours de derby.

Juan Cuadrado. Son but de la fesse à la 93e minute contre le Toro en Octobre 2015 donnait in extremis la victoire à la Juve et lançait l’équipe dans sa folle remontée vers le titre. #Fiuuu

Le Grande Torino. C’était un 4 Mai, 68 ans en arrière, cette équipe de champions disparaissait lors du tragique accident de Superga. Gigi leur a largement rendu hommage, déclarant notamment « Honneur à vous, champions du Grande Torino, pour l’éternité. Et que soient pardonnés ceux qui s’abaissent à des actes aussi inqualifiables que se moquer de vous ou vous manquer de respect 70 ans après. (…) Il faut les laisser en paix et les respecter, même si ce sont vos ennemis et vos rivaux les plus féroces. »
Le Stile Juve, c’est aussi savoir rendre hommage à ses plus grands adversaires. Honneur et respect.

QUELQUES CHIFFRES

9. C’est le nombre de victoires de la Juve sur le Toro lors des 10 derniers matches entre ces deux formations.

93. La minute (encore) à laquelle Andrea Pirlo s’est décidé pour décrocher une superbe frappe pour arracher une victoire in extremis. C’était encore en 2015. C’était encore au Stadium. C’était encore contre le Toro. C’était encore une fois jouissif. On vous laisse avec monsieur Zuliani.

22. Ca fait 22 ans que le Toro n’a pas vaincu la Juve chez elle. C’était un 9 Avril 1995 et Gigi Buffon n’avait pas encore connu sa première apparition en Serie A (qu’il obtiendra en Novembre 95). Ça remonte un peu.

33. La Streak de victoires en cours de la Juve au Stadium. #ItsTime for more ?

LES COMPOS

Il faut s’attendre à un turn-over massif, Allegri l’a validé en conférence de presse, Bonucci jouera et Neto prendra la place de Buffon, mis au repos.

Formation probable (4-2-3-1) – Neto; Lichtsteiner, Benatia, Bonucci, Asamoah; Khedira, Lemina; Cuadrado, Dybala, Sturaro; Mandzukic.
Sur le banc : Buffon, Audero, Chiellini,  Barzagli, Dani Alves, Alex Sandro, Mattiello, Marchisio, Pjanic,  Mandragora, Rincon, Higuain.

Entre p'tits ponts lyriques et tacles à la jugulaire. S'est déjà fait les croisés à l'auriculaire gauche. Deux fois.

LAISSER UN COMMENTAIRE