La meilleure défense de la Serie A, mais aussi de la Ligue des champions avec deux buts encaissés, voilà l’une des choses que l’on retiendra de cette Juventus 2017. Buffon, le dernier rempart de celle-ci, a donné une interview au site de l’UEFA à son propos. Voici ses mots.

Quand on est un champion comme Gigi Buffon, on ne se contente jamais:«On pouvait même éviter de prendre deux buts en Ligue des champions.», dit-il. «Il n’y a pas de limite au pire, mais il n’y en a pas non plus au meilleur. Il faut toujours aspirer à s’améliorer.»

Il reconnaît cependant que c’est exceptionnel, d’autant que la Juve a joué deux fois contre le Barça et son attaque extraordinaire: «Prendre seulement deux buts, c’est le fruit d’un travail d’équipe exténuant. C’est dû à une grande aptitude défensive, représentée en premier lieu par le secteur défensif, mais aussi à un gros travail des milieux et des attaquants. Quand une équipe est aussi équilibrée et prend aussi peu de buts, le mérite va à tout le monde

De nos jours, les lumières se posent beaucoup plus facilement sur les joueurs à vocation offensive. Buffon nuance:«Je pense que l’art de la défense est sous-estimé lorsqu’on n’a pas de grands défenseurs. Par exemple, contre Barcelone, la Juve n’a jamais fait de catenaccio que ce soit à l’aller ou au retour. Elle a joué le match quand il fallait attaquer et quand il fallait défendre. Et quand on défendait, on a vu la valeur de chacun, mais aussi notre connaissance mutuelle,et l’empathie qu’il y a entre nous»

En effet, depuis six ans, c’est la même défense qui est titulaire: «C’est un élément très important, nous nous connaissons depuis longtemps, nous avons de l’estime pour chacun de nous depuis longtemps, et nous plaisantons entre nous depuis longtemps. Ça aussi, c’est beau. Quand j’entre dans le vestiaire et que je vois Barzagli fatigué, j’y vais et je lui dis: « Barza, tu es fini, il est temps que tu arrêtes de jouer ». C’est un moyen comme un autre de rester vivant, de nous stimuler, et on peut le faire seulement quand de l’autre côté il y a un rapport d’égalité, de confiance et d’estime.»

Cela ne signifie pas que le Capitaine aime passer sa vie avec ses défenseurs: «Moi sincèrement, j’ai toujours peu fréquenté mes coéquipiers en dehors du terrain. J’ai ma vie, mes connaissances et mes affaires.»

C’est l’amitié sur le terrain qui compte: « Le jeu d’équipe est beau quand tu arrives à faire participer tout le monde à la conquête d’un objectif. En ce qui concerne mes fréquentations en dehors du terrain, j’aime bien sortir de temps en temps avec une personne ou le groupe entier, mais ce n’est pas indispensable. Avec certaines personnes, il suffit d’un regard, d’un mot pour transmettre la confiance, l’amitié, l’affection qu’on a. Sans pour autant faire obligatoirement de grands gestes.»

Le trio défensif marche à la perfection. Buffon explique: «Chacun a des caractéristiques qui manquent aux deux autres, ainsi ils s’assemblent parfaitement. Ensuite, il n’y a pas de jalousie entre nous. On a toujours eu cette conviction que nous encourager l’un l’autre peut apporter quelque chose à l’équipe. Et donc, il y a un mécanisme psychologique très beau qui s’est crée.»

Si l’on mentionne toujours les mêmes, Buffon n’oublie pas ceux qui sont là au cours de la saison et qui ont aussi beaucoup apporté: «La Juve a aussi Rugani qui sera le prochain défenseur central de l’équipe nationale. Elle a Benatia qui a joué dans des grandes équipes. Elle s’est renforcée: j’ai du mal à trouver en Europe un groupe de cinq défenseurs aussi forts ».

LAISSER UN COMMENTAIRE