Il aura suffi d’un article de la Gazzetta pour agiter le monde médiatique italien. Ce matin, le quotidien sportif italien le plus célèbre publie un article intitulé : « Et Buffon hausse à nouveau le ton : ‘en A, on nous laisse passer, en Europe non’« . Cet article revient sur les coulisses de l’après-match contre le Napoli et prête les propos suivants à Buffon, qui s’est adressé au groupe dans le vestiaire : « Les garçons, si on continue comme ça, on va droit dans le mur. En Italie, nous gagnons parce que les autres nous laissent passer mais en Europe, cela n’arrive pas et n’arrivera pas. En Italie, les deux seules équipes qui ne se sont pas laissés faire nous ont battus (référence aux défaites contre l’Inter et Milan nldr). Il faut plus de personnalité, d’agressivité et d’envie de s’aider sinon on se compliquera la vie en championnat et on souffrira Ligue des Champions« .

Un terme qui passe mal

Au vue de ce qu’il s’est passé ces dernières semaines et mercredi encore contre Lyon, les propos de Buffon semblent plausibles. Surtout quand on connait son influence de capitaine et son intervention verbale décisive lorsque les choses étaient au plus mal la saison dernière. Seulement voilà, la Gazzetta Dello Sport, qui prétend rapporter les propos de Buffon, glisse subtilement dans l’article l’expression « le discours de Buffon, à quelques mots près« . Et parmi les termes évoqués, il y a le mot « scansarsi« , que l’ont peut traduire par laisser passer ou s’écarter en français. Un terme aux relents de Calciopoli qui a beaucoup agité les anti-juventini, qui considèrent que Buffon a sous-entendu que les équipes se laissent battre par la Juventus…

Devant ce début de polémique, la Juventus a immédiatement démenti le contenu de cet article par un communiqué posté sur son site internet : « Après des vérifications en interne, la société informe que ce qui est écrit aujourd’hui dans la Gazzetta Dello Sport est faux et a pour seul but d’alimenter le dénigrement envers la Juventus, ses salariés et ses tifosi« .

La réponse de la Gazzetta ne se fait pas attendre : « La Gazzetta Dello Sport confirme la véracité de l’article publié aujourd’hui à propos du discours prononcé par Buffon, dans le vestiaire de la Juve. Quant au verbe « scansarsi » qui a généré de nombreuses réactions, il était utilisé exclusivement pour faire référence au manque de conviction des équipes qui affrontent la Juve, à cause de la supériorité des bianconeri qui est souvent inconsciemment reconnue par ses adversaires« . Autrement dit, la Gazzetta se sent obligé de justifier et d’expliquer le sens d’un terme qu’elle prête pourtant à Buffon… Les ficelles sont un peu grosses et on perçoit bien dans cette réponse que le quotidien a certainement exagéré les propos du capitaine de la Juventus.

Une tentative de coup médiatique

Pourtant, les propos du capitaine bianconero n’ont pas grand chose de secret. Déjà après le match contre le Napoli, Gigi Buffon avait laissé entendre devant la presse que le niveau de la Juventus était insuffisant pour le moment : « Ce jeu peut suffire pour le Scudetto et la Coppa Italia, mais pour nous confronter avec les meilleures équipes européennes, il faut faire mieux » avait-il déclaré.

Que le capitaine ait donc décidé de le faire comprendre aux joueurs est donc très certainement vrai. Mais, en voulant rapporter les propos de Buffon « à quelques mots près« , la Gazzetta a aussi voulu tenter un coup médiatique. Car qui mieux que la Juve pour faire parler de soi en Italie ?

LAISSER UN COMMENTAIRE