Aujourd’hui 30 Juin 2017 marque le tout dernier jour du « vieux » logo de la Juventus. Place à une toute nouvelle identité, plus sobre et au langage universel, favorisant le branding et l’expansion marketing qui devrait faire entrer le club dans une nouvelle ère.  Fini donc l’Ovale historique, empreint de l’héritage turinois, qui aura vécu beaucoup de choses depuis sa dernière mise à jour en 2004.

Une noble forme ovale blanche coupée de 3 bandes noires. Une courbure d’or soulignant une typographie au caractère fort et toisant de haut. Un écu surmonté d’une couronne rappelant les origines turinoises du club. A n’en pas douter, le logo auquel l’on s’apprête de dire adieu est l’un des plus beaux blasons de l’histoire du football. A l’image de la Juventus, il est sobre, classieux et efficace. C’est aussi le logo avec lequel la plupart d’entre nous ont grandi. Irrémédiablement, l’image de la Juve, c’est celle-là.

Alors pas de quoi s’étonner de la montée de sang des tifosi lorsqu’Andrea Agnelli choisit le 16 Janvier 2017 pour gifler son monde et annoncer un nouveau logo sorti de nulle part. Plus aucun patrimoine dans le logo, ne reste qu’un « J » stylisé pour faire de la Juve une marque. Un nouveau logo qui pue le business, provoquant un tollé massif de la planète football. Maintes fois parodié et moqué sur les réseaux sociaux, la pilule a définitivement du mal à passer.

Parce que oui, on l’adorait notre logo. Il était beau, intemporel, représentatif, identitaire. Sur la tunique, il était brodé et apposé à quelques centimètres d’un cœur qui bat en blanc et noir dans notre poitrine. Parfois, et même souvent, on posait fièrement et amoureusement la main dessus. Ce logo c’était notre appartenance, c’était l’image d’un amour porté à un club unique. Un amour qui n’aurait jamais su chavirer même à l’époque de la B, parce que ce logo c’est aussi le représentant des années galère de la Juventus, celles qui permettent au club d’être ce qu’il est aujourd’hui et de briller de mille feux après avoir subi mille humiliations. Un emblème embrassé même dans les plus sombres heures par des champions comme Buffon, Del Piero, Nedved, Trezeguet, et Camoranesi.

C’est aussi une histoire de 2 étoiles, et d’un « 30 Sul Campo » issu d’un conflit avec Nike qui se refusait à poser les 3 étoiles sur le maillot pour les compétitions officielles. L’équipementier américain affilé à l’Inter depuis 1998 (contre 2003 pour la Juve) avait pris sa position sur le sujet. Agnelli aussi ; Pas de 3 étoiles ? Alors pas d’étoiles du tout. Une dispute, puis une rupture qui donnera naissance à un nouveau mariage, celui avec Adidas, conduisant à l’apparition définitive des 3 étoiles au-dessus de l’emblème bianconero.

Demain s’ouvrira une nouvelle fenêtre sur l’avenir. Encore aujourd’hui on peut pester sur ce « J » qui aura la lourde tâche de représenter les tifosi historiques et ceux du futur. Un emblème fédérateur en somme, auquel nombre d’entre nous ont eu le temps de s’habituer (ou pas) depuis son annonce en Janvier. Par sa démarche, et quoiqu’on puisse en dire, la Juve cherche de nouveau à innover et à montrer le chemin, celui du football de demain, quitte à en bousculer les acquis. Elle anticipe des virages dans lesquels vont se viander nombre de clubs rivaux, des virages qui lui permettront d’atteindre de nouveaux sommets sportifs et économiques, les mêmes qui ont coûté si cher à la Serie A ces 20 dernières années. Les joueurs de football modernes ne sont pas des enfants de « coeur » et ne s’achètent ni se retiennent pour une motte de beurre, la società l’a compris. Ce nouveau logo, le naming du Stadium, tout ça fait partie d’un plan: celui de rendre la Juve toujours plus grande.

La Juve de 1941-1942 abordait déjà un « J » sur la poitrine. Le nouveau logo raconte l’histoire à sa façon.

Il est difficile de sortir de ses zones de confort, encore plus pour un tifoso, mais même si le logo change, la Juventus reste la Juventus. La définir est compliqué, tant est que son image est propre à chacun. On pourrait dire que, bien plus que sur un visuel, la vraie image de la Juve réside dans le cœur de ses tifosi. Cette identité se voit avant tout et surtout par les hommes de classe qui portent la tunique bianconera, ces gentlemen rodés de talent et d’intelligence qui honorent le club par le comportement sur et en dehors du terrain, ces mêmes qui perpétuent ce que l’on appelle la Juventinità ou le Stile Juve. Il y en a eu hier, il y en a aujourd’hui, il y en aura demain.

L’emblème change, le cœur reste. Et il y aura toujours quelqu’un pour poser fièrement la main dessus. Et si c’était ça, le vrai visage de notre Juventus ?

Entre p'tits ponts lyriques et tacles à la jugulaire. S'est déjà fait les croisés à l'auriculaire gauche. Deux fois.

LAISSER UN COMMENTAIRE