Le parcours de la Juventus en Ligue des champions commencera demain soir contre Valence. Chiellini et Allegri se sont exprimés aujourd’hui lors de la traditionnelle conférence de presse à propos de cette rencontre qui s’annonce difficile. Garder les pieds sur terre malgré un statut de favori, voici la phrase qui tourne en boucle à Turin.

Parole tout d’abord au nouveau capitaine de la Juventus qui s’exprime sur les sensations que lui procurent le port du brassard.

CHIELLINI: «Je suis fier, c’est sûr. Ma quatorzième année au club commence, et j’ai tout vu. Je suis arrivé au paradis, j’ai touché l’enfer et je suis retourné au paradis».

En tant que capitaine, Chiellini déclare son soutien à Costa qui sera finalement suspendu durant quatre journées pour sa réaction sanguine lors de la dernière rencontre. Allegri quant à lui ne le mettra pas nécessairement sur le banc pour cette raison.

CHIELLINI: «Depuis qu’il est ici, il s’est toujours bien comporté, il s’est excusé, il paiera les conséquences mais il ne faut pas non plus le crucifier. Il a notre soutien, il a eu tort comme cela peut arriver à chacun d’entre nous, il a compris son erreur et ne la reproduira certainement plus. C’est un garçon en or qui a perdu la tête, et par rapport à ce qui a été dit, il faudrait voir à ne pas exagérer».

ALLEGRI «Ce qui est arrivé dimanche est désolant, et a surpris tout le monde, y compris Costa lui-même. Ça ne lui ressemble pas. Il a demandé pardon, il sera disqualifié quatre jours et montrera qu’il s’agissait d’un cas isolé en faisant preuve de fair-play, chose qui a toujours été l’un de ses points forts sur le terrain. Demain je déciderai si je le fais jouer ou non, mais le choix sera purement technique».

A propos de composition, voyons un peu si le Mister a cette fois-ci laissé entendre quelque chose, notamment sur le sort de Dybala qui a vu la concurrence augmenter à l’arrivée de Ronaldo.

ALLEGRI:«Paulo va bien. A propos, dimanche, il a fait un bon match aussi bien sur le plan technique que physique. Il retrouve une bonne condition, comme le reste de l’équipe. Il sera difficile de laisser un joueur sur le banc demain, surtout après avoir vu l’entraînement d’aujourd’hui. Je crois que seuls Chiellini et Bonucci seront sûrs de jouer. Ensuite, aussi bien Cuadrado que Cancelo ou Alex Sandro peuvent jouer derrière».

Revenons une seconde sur Cancelo qui, en ce début de saison, laisse entendre aux Bianconeri qu’il faudra bel et bien compter sur lui cette année.

CANCELO:«Joao s’est bien intégré, notamment grâce à une saison d’adaptation dans le championnat italien. Il doit encore améliorer quelques aspects mais il a des qualités extraordinaires. C’est à nous de le faire évoluer jour après jour pour le faire devenir un joueur d’ampleur internationale».

Impossible, en évoquant l’une des recrues estivales, de passer à côté de Cristiano Ronaldo et des conséquences de cette arrivée sur l’équipe entière.

ALLEGRI: «L’arrivée de Ronaldo a augmenté la confiance en soi de l’équipe. C’est le joueur le plus fort du monde. La Juve, durant les quatre dernières années, a joué deux finales et a été éliminée deux fois, dont une après les prolongations et une autre à Madrid sur un pénalty sifflé à la 93′. La Juve, ces dernières saisons, a fait de bons résultats et a plus confiance en ses capacités, c’est normal qu’elle aie plus de possibilités de la remporter. Mais il faut commencer par ramener les trois points demain. La finale n’est qu’en mai».

Garder les pieds sur terre, la clé de la réussite selon Allegri. Et en effet, le coach bianconero veille toujours à ramener le discours sur le match qui aura lieu demain et qui, selon les deux hommes, déterminera la suite du parcours des turinois dans la compétition. Et ceux-ci refusent absolument d’entendre que la Juventus a d’ores et déjà remporté la compétition.

ALLEGRI: «J’entends dire que la Juve est favorite. Moi, je dirais plutôt de faire un pas après l’autre. Demain, nous avons un match qui ne sera pas facile et qui déterminera notre parcours en Ligue des champions. Si nous gagnons, il sera plus facile, si nous faisons match nul, nous sommes encore en bonne posture mais si nous perdons, il se compliquera. Ça ne sert à rien de trop parler, nous faisons partie des quatre ou cinq équipes favorites mais c’est une compétition étrange qui se joue sur le rebond d’un ballon. Et puis, les matchs se jouent et se gagnent sur le terrain».

CHIELLINI: «Notre progrès a été constant, mais de là à nous désigner comme les favoris de la compétition, il y a un monde. Nous connaissons la difficulté du tournoi et ceux qui ne la comprennent pas en auront un aperçu demain. Nous avons un mélange de jeunesse et d’expérience qui peut nous permettre de faire un bon résultat. J’espère que demain, tout ira bien parce que ce match déterminera si notre parcours se fera en montée ou en descente».

La partie ne sera en effet pas des plus simples et Chiellini annonce la couleur.

CHIELLINI: «Il y a eu une croissance incroyable ces dernières années et nous sommes en train d’élever le niveau de saison en saison. Nous nous sentons plus forts, mais les réponses ne se donnent que sur le terrain. Demain sera une épreuve pour nous, peu d’équipes parviennent à gagner sur ce terrain, même les top clubs espagnols».

Un dernier conseil avant de partir?

CHIELLINI:«Nous devons faire plus attention au marquage dans la surface. Nous en avons parlé et nous l’avons analysé, mais il faut le mettre en application le plus vite possible. En championnat, ces erreurs peuvent être pardonnées mais en Ligue des champions, on est tout de suite punis derrière. Malgré nos quatre victoires, nous travaillons énormément en interne pour atteindre les standards que nous voulons avoir au printemps».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here