Paulo Dybala, dans une forme étincelante aussi bien personnellement qu’au niveau collectif, s’est exprimé sur sa forme actuelle au quotidien « Corriere Dello Sport ». Entre les comparaisons faites avec un autre génial argentin, Léo Messi, les avances faites par le barça ou encore ses faiblesses à améliorer, il répondra sans concessions aux questions posées.

Paulo, te sens-tu le nouveau Messi ?

Je cherche simplement à être moi-même, je cherche à évoluer chaque jour à travers les sacrifices et le travail. Il y’a peu de joueurs qui arrivent au niveau de Messi, pour tout ce qu’il a démontré il est difficile de l’atteindre. Après, chacun cherche à toujours vouloir faire du mieux possible pour son équipe et c’est ce que j’essaie de faire à chaque rencontre. Léo, je ne l’ai pas encore rencontré. Quand j’ai été appelé en équipe nationale lui n’y était pas. Il sera difficile de devenir comme lui, je me contenterais déjà de lui ressembler un peu. En Argentine, on dit que je rappelle le style d’Aguero dans les mouvements.

Contre la Roma tu as marqué un autre grand but ?

C’était difficile parce que j’étais dans une position fermée et je n’avais pas beaucoup de possibilités. J’ai cherché à frapper le plus rapidement possible et par chance j’ai pris le dessus sur le gardien.

Encore une fois, tu as marqué du pied gauche. Allegri soutient que tu dois améliorer le droit

C’est vrai, il me le dit toujours à l’entrainement, mais j’utilise toujours le gauche. Mais je fais un travail spécifique, je reprends de volée des centres,  une fois du droit et une fois du gauche.

Tu as donc déjà cassé des vitres à Vinovo ?

(Il sourit) J’ai déjà abaissé quelques tentes, mais j’ai aussi marqué quelques buts.

Au JS, il y’avait les dirigeants du Barça pour t’observer toi et Pogba. Les tifosi doivent se préoccuper ?

Non, je suis content ici, je suis ici depuis 6 mois et je ne pense pas à partir. Aujourd’hui plus que jamais je suis content de ce que je fais, je me sens comme à Palerme il y’a quelque temps, je me sens très bien.

Honnêtement, tu t’attendais à marquer autant à ce stade de la saison ?

A dire vrai, non. Mais je ne pensais pas non plus jouer autant parce que je savais qu’arriver dans une équipe avec autant de bons attaquants n’aurait été pour rien facile. Je suis arrivé ici la tête basse pour apprendre et écouter les conseils de mes compagnons et m’améliorer.

12 buts en championnat, il faut revoir l’objectif des 15 en championnat ?

Non, je l’ai encore dit l’autre fois, l’objectif reste toujours celui-là.

Tu as marqué 6 buts lors des 7 derniers matchs, comment tu fais pour rester les pieds sur terre et ne pas prendre la grosse tête ?

Nous sommes encore seconds au classement, nous ne pouvons pas avoir la grosse tête parce que nous n’avons encore rien gagné.

La course au scudetto est marquée par le duel entre Higuain et toi, tes sensations ?

Ça me fait plaisir parce que Gonzalo est un attaquant argentin, comme moi. Je l’ai admiré quand je suis arrivé en équipe nationale, je suis conscient de ce qu’il peut faire et de ce qu’il est en train de faire. Il est fort, il l’a aussi démontré au Réal Madrid, gagnant beaucoup de trophées, et il le prouve maintenant à Naples. Ça me fait plaisir qu’il marque, j’espère juste qu’il ne le fera pas contre nous.

Vous êtes amis ?

Oui, nous le sommes et nous nous sommes encore parlé un peu samedi soir, je lui ai souhaité le meilleur mais je lui ai dit que quand il viendrait ici …

Envieux de certaines de ses qualités ?

Peut-être son pied droit (encore un sourire). Il se tourne vite et frappe, c’est une chose à apprendre de lui

Peut-être que Higuain t’envie ton pied gauche ?

Ha ça je ne sais pas, il faut le lui demander à lui

Plus que jamais, l’adversaire au scudetto est seulement le Napoli ?

Non, je pense que l’Inter et la Fiorentina sont encore en course. Il reste 17 matchs. La défaite de la Roma contre nous sera dure pour eux, mais je pense que ça reste une équipe forte et il ne faut jamais dire jamais.

LAISSER UN COMMENTAIRE