Si Paulo Dybala n’a pas pu se satisfaire d’une victoire contre le Bayern, il aura au moins marqué son premier but en Ligue des Champions. Un moment fort pour la Joya : « Evidemment, il n’y avait pas le temps pour célébrer le but, parce que nous devions encore égaliser. Mais c’était beau de marquer en Champions, je cherchais ce but depuis longtemps. Et je suis content parce qu’il a été important pour l’équipe et pour les tifosi : ça nous a tous poussé ».

Le plus dur est à venir maintenant, avec le déplacement à Munich : « Au retour, nous pourrons obtenir le résultat que nous voulons. Si nous jouons avec l’envie et la grinta que nous avons montré hier dans la dernière demi-heure et aussi l’humilité qu’il faut. A Munich, il ne faudra pas jouer trop bas : on le voit en Bundesliga, quand le Bayern joue contre des équipes repliées, ils peuvent mettre deux ou trois buts. Nous voulons gagner et passer le tour, ce ne sera pas simple mais nous devons garder en tête la dernière demi-heure du match aller ».

La Juve doit maintenant mettre ce match entre parenthèse et se concentrer sur la suite : le derby d’Italia contre l’Inter. Le duel face à son compatriote Mauro Icardi s’annonce passionnant : « En réalité, on ne peut pas être comparés. C’est un attaquant de surface, je suis un attaquant de soutien. Mauro fait une belle saison, j’espère jouer un jour avec lui en équipe nationale ». Et à propos de son rôle, la Joya précise : « J’aime bien partir de derrière, comme me le demande le mister. C’est un rôle qui m’offre plus de liberté et permet de marquer en partant de loin ».

Dybala ne cesse d’enchanter le Juventus Stadium et il est de plus en plus comparé à son compatriote, Omar Sivori, qui avait 22 ans lorsqu’il a signé à la Juve : « Je suis fier qu’ici, à la Juve, on me compare à lui : c’est un très grand champion ».

LAISSER UN COMMENTAIRE