Paulo Dybala est aujourd’hui à la une de la Gazzetta. Alors qu’il est en vacances à Malte, qui lui a réservé un accueil présidentiel, l’attaquant argentin a pris le temps de se confier au quotidien sportif italien pour d’abord évoquer l’actualité du moment et son avenir à la Juve.

L’Argentine est en finale de la Copa America. Cela te rnd encore plus déçu de ne pas avoir été sélectionné ?
« Je m’attends à un très beau match , nous retrouverons le Chili et pour nous, ce sera le revanche de l’été dernier. J’espère que l’Argentine gagnera et je me souhaite de pouvoir vivre une expérience similaire en tant que joueur. En attendant, j’en profite en tant que tifoso : l’équipe est en confiance et Messi fait des choses extraordinaire. Leo est le meilleur joueur du monde, c’est un phénomène ».

En Espagne, tu es vu comme l’héritier de Messi.
« Je suis arrivé à la Juve il y a un an et je n’ai jamais pensé à partir. J’ai vécu une grande saison, j’ai gagné la Supercoppa, le Scudetto et la Coppa, j’ai marqué beaucoup de buts. A Turin, je suis aimé et je me sens très bien, je ne me soucie pas du reste ».

Après cinq Scudetti consécutifs, la Champions devient de plus en plus une obsession. Qu’est ce qu’il manque à la Juve pour la gagner ?
« La Juventus est une grande équipe, exactement comme le Real, le Bayern et le Barça. Il y a deux ans, elle a frôlé la victoire en finale. La saison dernière, contre le Bayern, nous sommes éliminés à 30 secondes de la fin : nous avons juste manqué de chance ».

Dani Alves signera lundi. A Barcelone, ils disent que Messi est le plus déçu, qu’il profitait de ses centres. Tu espères marquer plus grâce au brésilien ?
« Dani Alves, je l’ai vu jouer très souvent parce que je regardais toujours le Barça, je me rappelle très bien que Messi souvent, allait vers la droite et échangeait avec lui : c’est vrai, ils avaient un grand feeling. Dani est un joueur très technique, il nous aidera beaucoup en défense et en attaque et j’espère qu’il me fera marquer beaucoup de buts ».

Outre Dani Alves, Pjanic aussi est arrivé. C’est un mercato pour la Champions ?
« Oui, l’achat de Pjanic m’a supris. Pendant quelques jours, je n’ai pas lu les journaux et quand je les ai repris, j’ai remarqué qu’il était dans notre équipe. Ca ne me surprend pas qu’il soit passé de la Roma à la Juve : beaucoup de joueurs veulent jouer chez nous ».

C’est un spécialiste des coups-francs en plus : plus de concurrence ou plus de solutions ?
« Moi aussi, j’ai tout de suite pensé à la valeur ajoutée de ses coups-francs. Miralem tire très bien et avec lui, Pogba et moi pourrons continuer à progresser, en reprenant nos défis après l’entraînement. Pjanic ne se disputera certainement pas avec moi : je tire de la droite, il tire de la gauche, au pire il devra voir avec Paul… »

Tu as eu des nouvelles d’Allegri pendant les vacances ?
« Non, mais on m’a dit que je le rencontrerai à la plage dans quelques jours ».

Tu n’es pas inquiété par le fait qu’on attendra encore plus de toi la saison prochaine ?
« Je ne ressens pas la pression, je ne suis pas atteint par ce qu’on dit de moi. Et puis, avoir plus de responsabilités me motive encore plus. Sur le terrain, je reste toujours tranquille ».

Qui t’aide à gérer les moments difficiles ?
« Depuis que je suis arrivé à la Juve, ma famille est toujours avec moi, et puis la Juve est une société très importante qui t’aide à être serein et ne penser qu’à t’entraîner… »

Pogba vit une période particulière, il est critiqué pour son bras d’honneur et ses prestations. Tu vois des signes de nervosité ?
« Je le connais, il est très serein et tranquille. Quand il est critiqué à la Juve, il élève son niveau de jeu et donne le meilleur de lui-même. Il ne souffre pas de la pression. Nous attendons tous de lui des grands matchs. Quand un joueur comme lui ne fait pas de bonnes choses, on est toujours surpris ».

Tu n’as pas peur qu’il parte cet été ?
« Pogba reste, c’est sûr. Je l’ai eu au téléphone et selon moi, il restera avec nous. Nous ne parlons pas de football mais on est en contact ».

Et si après Dani Alves, Mascherano aussi arrivait ?
« J’ai déjà évolué avec lui en équipe nationale. J’aime bien jouer avec les joueurs les plus forts ».

Parlons de l’Euro : Zaza contre Morata et la défense de la Juve contre un attaquant qui se connaissent bien : qui gagnera ?
« J‘ai bien aimé l’Italie, à part le dernier match où il y a eu de nombreux changements. Ce sera une belle rencontre, l’Espagne joue un bon football, j’espère qu’il sera amusant et qu’il y aura beaucoup de buts. Je supporterai l’Italie et mes coéquipiers de la Juve. J’espère qu’Alvaro et Simone (Zaza ndlr) marqueront. Pauvre Morata, à l’entraînement, en plaisantant, il disait qu’il ne voulait plus affronter Chiellini parce qu’il en avait peur… »

Que représente la perte de Morata ?
« Ce sera une perte importante pour ce qu’il a fait et aussi pour la relation que nous avions : c’est un grand homme et un grand ami, il m’a beaucoup aidé au début ».

Tu vas lui prendre son numéro 9 ou tu laisses encore une petite chance pour que Morata revienne ?
« Je serais heureux qu’il puisse rester avec nous. Dans tous les cas, je ne change pas : je reste avec mon 21 ».

LAISSER UN COMMENTAIRE