Si Allegri a défini Inter-Juve comme « l’une des pires rencontres, au niveau technique, des 30 dernières années », que dire de ce match face à Palerme ? Alors qu’elle s’était rassurée en dominant largement Cagliari cette semaine (4-0), la Vieille Dame a refait un pas en arrière contre Palerme. Au terme d’un match médiocre donc et après avoir beaucoup souffert, la Juventus est parvenue à ramener les 3 points grâce à une frappe de Dani Alves déviée par Goldaniga. Seul motif de satisfaction pour Max Allegri, ses hommes n’ont pas encaissé de but.

Après ce match, le mister a sûrement plus de doutes que de certitudes. Il semblait croire fortement au duo Higuain-Mandzukic mais l’expérience n’a pas été une réussite. Si les deux pointes n’ont certes pas été au sommet de leur art hier, elles ne sont pas non plus les seules responsables de cet échec : pour coexister, le Pipita et le Croate ont besoin d’être alimentés en ballons, ce qui n’a pas été le cas hier. Ils n’ont reçu que quelques longues balles depuis la défense et trop peu de centres, seulement 11, pour valoriser leurs qualités. A titre de comparaison, les palermitains ont centré à 12 reprises.

Pourtant, on ne peut pas dire que la Juve manquait de joueurs de couloir puisque Dani Alves, Alex Sandro puis Cuadrado, entré en première période, ont tous les trois été sur le terrain hier. Mais, à cause d’un jeu trop lent et prévisible, les bianconeri ont eu toutes les peines du monde à écarter le jeu sur les ailes. Face à un Palerme très bien organisé et qui couvrait bien les espaces, on attendait un joueur capable de faire la différence d’un geste. En l’absence de Dybala, Pjanic aurait du être le leader technique de la Vieille Dame. Mais le Bosnien n’a pas été à la hauteur hier.

Autre recrue phare de l’été, Gonzalo Higuain a cherché à prendre ses responsabilités et a essayé de redescendre dans le coeur du jeu en seconde période. Le Pipita a au final touché 42 ballons contre 29, seulement pour Mandzukic qui est lui resté en pointe. Le Croate a au final tiré à 4 reprises (5 si on compte son but hors-jeu) voyant 2 de ses tentatives brillamment repoussée par le gardien. Higuain, lui, n’a tiré que deux fois. Ensemble, les avant-centres ne cumulent donc que six tirs. C’est la preuve que l’équipe ne les a pas mis dans les meilleures dispositions pour marquer.

Le duo Higuain-Mandzukic n’a donc pas marché contre Palerme mais condamner ce tandem après seulement un match serait trop précipité. Cependant, Allegri aurait tort de le reproposer sans procéder à quelques ajustements tactiques. Les équipes ayant déjà joué avec deux attaquants de pointe ont obtenu leur meilleur rendement dans un 4-4-2, avec deux ailiers capables d’amener beaucoup de ballons dans la surface de réparation. L’exemple à suivre pour l’entraîneur toscan est celui de la mythique attaque de Manchester United dans les années 90 : le duo formé par Cole et Yorke.

LAISSER UN COMMENTAIRE