Les Juventus Women commencent aujourd’hui leur première aventure en Ligue des Champions contre le Brondby. Une rencontre difficile en perspective mais fascinante comme la présente l’entraîneur Rita Guarino et la capitaine Sara Gama en conférence de presse d’avant match. Rendez-vous ce mercredi 12 septembre à 19h30 pour la rencontre !

Un parallèle entre le niveau en championnat et la Ligue des Champions ? Quel est l’objectif minimum ?

Rita Guarino : « On peut naturellement faire des parallèles. Le football féminin en Italie est en train de changer. Il y a plus d’équipes compétitives et dans le futur cela aidera beaucoup nos équipes et notre Nazionale dans les compétitions internationales. Pour le moment, il est clair que le retard existe, surtout dans l’intensité de jeu et sur la compétitivité. Avec le temps, il y aura sûrement moyen de limer ces différences mais nous sommes sur le bon chemin et nous devons continuer comme cela en haussant toujours plus le niveau. En ce qui concerne nos objectifs : pour le moment nous sommes focalisées sur cette rencontre et notre objectif est de passer le tour. »

Il y a une sensation d’écrire un morceau d’histoire ?

Sara Gama : « Bien sûr nous écrivons un bout d’histoire, mais pour le moment nous sommes très concentrées sur le terrain pour atteindre notre premier objectif. L’histoire s’écrit mais cela se fait sans que l’on pense qu’on est en train de le faire. Nous sommes concentrées sur le jeu. »

Que change la blessure de Martina Rosucci d’un point de vue des choix tactiques ?

Rita Guarino : « Pour nous, la perte de Martina est un poids important dans l’équipe. Pas seulement d’un point de vue footballistique mais aussi humain, c’est une joueuse fondamentale dans le groupe avec son leadership. Naturellement, il y a d’autres joueuses qui pourront prendre son poste. Nous avons donc différentes solutions tactiques. »

A quel point est-ce difficile de commencer par un match comme celui-là sans matchs officiels dans les jambes ?

Rita Guarino : « Nous avons fait presque 2 mois de préparation, une préparation commencée en fonction du match officiel qui aurait dû être la Supercoupe contre la Fiorentina. D’un point de vue physique, aussi grâce aux matchs amicaux, nous sommes sur la bonne voie. D’un point de vue mental c’est différent de commencer par un match comme celui-là. Ce n’est pas facile de se focaliser tout de suite sur un match aussi difficile. Nous devrons être efficaces pour bien rentrer tout de suite dans le match et nous orienter tout de suite vers l’objectif. Ce ne sera pas facile mais j’ai confiance dans le professionnalisme des filles qui se sont toujours très bien entraînées. »

Que craignez-vous dans votre adversaire le Brondby ?

Rita Guarino : « Elles ont de l’expérience, elles ont déjà été demi-finalistes quelques fois et ont gagné plusieurs titres nationaux. C’est une équipe bien préparée physiquement et techniquement, qui occupe bien les espaces. Elles sont physiques et rapides, bonnes techniquement. Nous devons les respecter. Nous les avons bien étudiées et elles ont des points faibles que nous essaierons d’utiliser à notre avantage. »

En tant que capitaine, qu’avez-vous dit à vos coéquipières ?

Sara Gama : « Je n’ai rien dit de particulier. Je pense que ce qui compte c’est travailler particulièrement. Nous avons augmenté les charges de travail et fait des matchs amicaux internationaux. Les faits comptent, pas les mots. De plus, je ne suis pas la seule à avoir une expérience internationale, nous apportons toutes quelque chose au groupe. »

L’effectif a un peu changé cet été, beaucoup de joueuses internationales sont arrivées. Quelles sont les caractéristiques de cette nouvelle Juve ?

Rita Guarino : « L’équipe n’a pas trop changé, les nouvelles peuvent apporter des solutions tactiques différentes mais le squelette reste le même. Nous verrons une équipe avec un peu plus d’expérience. »

Quelles qualités peuvent faire la différence sur ce match ?

Sara Gama : « Une de nos qualités sera la solidité du groupe et le fait que notre ossature que nous avons depuis l’année dernière nous permet de continuer de poursuivre notre chemin. Le rêve grandit et on en rajoute, cette solidité fera la différence dans les moments difficiles du match et c’est quelque chose qui compte beaucoup dans le football. Ensuite c’est le travail qui compte. Nous sommes ici depuis 2 mois et il nous manque des matchs. Nous n’avons pas joué la Supercoupe qui était au programme mais nous avons joué une série d’amicaux et avec la Nazionale nous nous sommes habituées au niveau international. Ce sont donc des points positifs. »

Vous avez demandé des conseils à Allegri pour la Ligue des Champions ?

Sara Gama : « Non, mais ça m’aurait plu. De mon côté, j’ai un peu d’expérience au niveau européen avec la Nazionale. Quand on joue contre une équipe étrangère, on doit être à 100%, même si ça vaut aussi pour le championnat. On ne peut pas abaisser le rythme car l’intensité est très élevée. Nous le savons et nous affronterons ce match vraiment avec le maximum de notre potentiel. »

Après 20 ans, l’Italie participera au Mondial, cela peut-il être le tournant vers le professionnalisme ?

Sara Gama : « Après les résultats que nous avons obtenu sur le terrain et la contribution qu’a apporté la Juventus en entrant dans le monde du football féminin, je crois qu’un pas important a été de passer à la FIGC pour avoir une organisation meilleure intermédiaire afin de passer à la professionnalisation. Le football féminin peut être l’ouverture également pour les autres sports, nous sommes donc très contents de cela. Maintenant il faut travailler et continuer la progression. »

Rita Guarino : « Rien à ajouter. Ce sont des avancées nécessaires. Si nous voulons faire passer un cap au football féminin, il faut une planification pour le futur. La direction est la bonne, si l’on veut être compétitif au niveau international, il y a besoin de ces étapes et d’un statut différent car nos athlètes s’entraînent quotidiennement et ont peu d’espace pour leur temps libre. Il me semble donc évident qu’il y ait ce changement. »

Jouer à Novara sera-t-il un désavantage par rapport à Vinovo ?

Rita Guarino : « Nul doute qu’il y aura beaucoup de supporters aussi à Novara, comme pour le match de barrage. Ce sont des personnes qui se sont approchées d’abord par curiosité et qui ont ensuite commencé à apprécier les filles et l’équipe. Ce sont des tifosi fidèles et je suis sûre qu’ils nous apporteront leur soutien. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here