Après une saison riche en émotions, Gonzalo Higuain a retrouvé la Juventus aux Etats-Unis, en même temps que tous ses coéquipiers sud-américains. La Gazzetta Dello Sport en a profité pour aller à sa rencontre et avoir ses impressions sur les derniers départs, la concurrence et l’avenir de Dybala.

Tu as vécu un été particulier quand tu es passé du Napoli à la Juventus. Cette année, il est arrivé la même chose à Bonucci, qui est allé au Milan. T’attendais-tu à ce départ et que penses-tu de la réaction des tifosi ?
« Chacun doit faire ce qui le rend heureux et ce qui le fera progresser, il faut respecter cela. C’était un joueur important pour nous, mais il est maître de son destin ».

La Juventus s’est-elle affaiblie ?
« Pendant de nombreuses années, Bonucci a aidé la Juventus à gagner. Maintenant, il a rejoint un concurrent direct mais nous restons très forts. Nous avons les joueurs qu’il faut pour ne pas sentir son absence ».

Le Milan peut-il jouer le titre ?
« Notre rival le plus dangereux, ça reste nous-même. Nous devons confirmer ce que nous faisons depuis six ans. Tous les ans, on parle des autres équipes mais à la fin, nous gagnons toujours. Mais nous ne devons pas nous reposer parce que cette année sera plus difficile : les autres se sont renforcés et ce sera un très beau championnat ».

Le Napoli te fait peur ?
« Oui, parce qu’il n’a rien changé. Mais nous avons une équipe tellement forte que nous pouvons lutter sur tous les fronts, comme l’année dernière ».

Avec Douglas Costa, Higuain marquera-t-il 40 buts comme le prédit Luiz Adriano, son ancien coéquipier ?
« Il m’a fait forte impression. Outre sa puissance, il fait des centres rapides, comme je les aime ».

Le départ de Dani Aves a-t-il été un coup de tonnerre ?
« Ca a été un vacarme extraordinaire sur les réseaux sociaux, je ne savais rien : j’ai juste dit que j’espérais encore jouer avec lui de nombreuses années parce que c’était ce que je pensais, à ce moment. Nous étions amis, je suis déçu qu’il soit parti mais les choix doivent être respectés ».

Que conseilles-tu à Dybala, courtisé par le Barça pour remplacer Neymar ?
« Dybala a un âge délicat et il vit ce que j’ai déjà vécu. A 19 ans, j’étais déjà au Real et je suis parti à 25 ans mais après être resté longtemps dans un club aussi important. Tout le monde aime jouer avec des grands joueurs, je ne peux pas lui mettre un pistolet sur la tempe pour le convaincre. Chacun doit faire ce qui le rend est heureux. Il l’est ici et nous voulons tous qu’il reste ».

Si tu disais à Paulo : « Reste ici et gagnons la Ligue des Champions », ce serait un mensonge ou la vérité ?
« L’année dernière, nous étions convaincus de la gagner et nous sommes allés en finale. Cette année, ce sera plus dur parce que les autres se sont renforcés. Il ne doit pas rester pour gagner la Ligue des Champions mais pour le septième Scudetto et la quatrième Coupe d’Italie de suite, ensuite si on arrive à gagner en Europe, c’est encore mieux. Il est à la Juve depuis deux ans, ici il a de la continuité. Il est jeune, il est très bien ici, la société et le public l’aiment et la Juve aussi l’a aidé à grandir. Paulo sait ce qui est le mieux pour lui et nous, nous voulons qu’il reste ».

LAISSER UN COMMENTAIRE