Après 3 ans sans Ligue des Champions, le Pipita retrouve la plus grande compétition européenne. Avec l’envie d’y passer un cap comme Carlos Tevez l’avait fait sous le même maillot.

Si Gonzalo Higuain a signé à la Juventus, c’est bien pour enrichir son palmarès. Et si l’attaquant argentin se réjouirait de remporter un Scudetto, c’est surtout un premier titre international qu’il vise avec la Vieille Dame. Un titre qu’il recherche depuis presque 10 ans lorsqu’il a joué pour la première fois en Ligue des Champions, avec le Real Madrid. Sous le maillot des Merengue, Pipita n’aura pu faire mieux qu’une demi-finale. Et on imagine sa frustration en voyant son équipe remporter la decima un an à peine son départ. Avec le Napoli, Gonzalo aura surtout vécu des déceptions, entre élimination dès le tour préliminaire ou repêchage en Europa League après la phase de poule.

Rentabiliser le transfert

Avec trois buts en trois apparitions un championnat (un but toutes les 39 minutes, son meilleur début de saison en Italie), Gonzalo apporte déjà satisfaction en Serie A. Mais pour rentabiliser le montant record de son transfert (90 millions d’euros), il faudra aussi briller en Europe. Car outre la gloire, la Ligue des Champions rapporte surtout de l’argent. Rien qu’en se qualifiant en huitièmes de finale, la Juventus encaisserait plus de 60 millions d’euros soit les deux tiers de son transfert. Avec des buts décisifs, le Pipita pourra, d’une certaine manière, rembourser la société qui n’a pas hésité à casser sa tirelire pour le faire venir.

Mais pour y parvenir, Gonzalo Higuain devra passer un cap en Europe. Le buteur argentin a participé à 55 rencontres de Ligue des Champions (tours préliminaires compris) mais n’a marqué que 14 buts. Sa moyenne de but par match de 0,6 en championnat (Liga + Serie A) s’effondre à 0,25 en Ligue des Champions. A ce niveau, il est encore loin de boxer sur le même ring que les top-attaquants européens. Mais la dernière participation du Pipita à la compétition reine offre tout de même un motif d’espoir. Dans le groupe de la mort (Arsenal, Borussia Dortmund, Napoli, Olympique de Marseille), il avait alors inscrit 4 buts en 5 rencontres. Insuffisant, malheureusement, pour se qualifier en huitièmes de finale. On se rappelle notamment les larmes du Pipita après cette élimination.

Faire mieux que Trezeguet

Gonzalo Higuain attend aujourd’hui avec impatience l’entrée en lice de la Juve en Ligue des Champions. Car cette fois, il la joue avec un statut de titulaire a priori indiscutable (ce qui n’était pas le cas au Real) et avec une équipe qui vise le titre (ce qui n’était pas le cas au Napoli). C’est avec cette compétition en tête qu’il a très sérieusement intensifié son travail physique pour se rapprocher de son poids de forme optimal, comme on a pu le constater contre Sassuolo. Et pour le motiver encore plus, Allegri lui a bien fait comprendre qu’il a de la concurrence : « Higuain n’est pas le seul attaquant de l’effectif, Mandzukic a une grande expérience internationale et c’est notre seul attaquant à avoir déjà gagné la Ligue des Champions« .

Ce soir, contre un Fc Séville à l’accent argentin, le Pipita entend bien se mettre en confiance d’entrée en marquant dès son premier match comme Paolo Rossi, Alessandro Del Piero et David Trezeguet l’avaient fait. Les deux franco-argentins partagent aujourd’hui la malédiction des finales : ils ont tous les deux raté des pénalty décisifs sur la scène internationale. Mais si la carrière de Trezegol est désormais terminée, Gonzalo, lui, entend bien y mettre un terme à ce tabou le 3 juin 2017 à Cardiff.

LAISSER UN COMMENTAIRE