Après avoir perdu sa quatrième finale internationale, le Pipita ne fait plus l’unanimité chez les tifosi.

C’est une étiquette qui est difficile à porter et qu’il n’a jamais apprécié. Mais samedi soir, à Cardiff, il n’a pas réussi à s’en défaire. Pourtant, quelques heures avant la finale, Gonzalo Higuain avait répondu avec confiance à un journaliste qui lui demandait si le fait de ne jamais avoir été décisif en finale ne représentait pas un poids supplémentaire. « Si je marque, ne viens pas me chercher pour une interview » avait rétorqué le Pipita.

Gonzalo était sûr que cette fois était la bonne, qu’il aurait rompu sa malédiction, et celle de la Juve avec. Mais le buteur payé 90 millions d’euros est resté muet, bien loin du joueur qu’on est habitué à voir en championnat. Dans ce genre de rencontres, il n’a pas la même férocité, la même faim que d’habitude. Cette année, la Juventus a joué deux finales (Coppa Italia et Ligue des Champions) plus la Supercoppa contre le Milan. Le Pipita n’en a gagné qu’une seule et surtout, il n’a inscrit aucun but. Tout le contraire d’un Cristiano Ronaldo pour citer son adversaire de samedi soir.

Gonzalo Higuain a bel et bien un blocage en finale qu’il ne parvient pas à dépasser. Il n’en a certes pas joué beaucoup au niveau international dans sa carrière mais il les a toutes perdues. Il y a d’abord la finale de la Coupe du Monde, perdue face à l’Allemagne en 2014. Puis les deux défaites consécutives en Copa America contre le Chili. En 2015, il rate son pénalty. En 2016, il dévore une grosse occasion. Cette année n’échappe pas à la règle, alors qu’il semblait vivre le meilleur moment de sa carrière. Il avait fait le plein de confiance à Monaco, avec son doublé.

A Cardiff, l’inquiétude a grandi minute après minute. Dès l’entrée sur le terrain, Higuain semble tendu, avec le visage fermé. Sa passe décisive pour Mandzukic est son seul fat de jeu remarquable. Pour le reste, il est apparu comme un joueur isolé en attaque, incapable d’influer sur le niveau de jeu de son équipe. Au contraire, il a coulé en même temps que ses coéquipiers.

Andrea Agnelli l’a consolé après le match. Nul ne sait ce que le président lui aura dit mais son comportement ne trahit pas les indiscrétions rapportées par la Gazzetta Dello Sport : la Juventus ne regrette pas son choix ni le montant investi. La Vieille Dame semble se satisfaire de ses 32 buts inscrits cette saison. Mais le Pipita est loin de faire l’unanimité chez les tifosi bianconeri qui pensaient voir en Higuain le joueur capable de faire passer le cap qui manquait en Europe. Un cap que son ancien équipe, le Real Madrid, a passé dans le même temps. Depuis son départ en 2013, les merengue ont remporté 3 des 4 dernières éditions de la Ligue des Champions.

« Les meilleurs jouent les finales, les mauvais fêtent des victoires qui ne leur appartiennent pas » a Nicolas, son frère et agent, en réponse à toutes les moqueries. Il n’en reste que cette déception est difficile à avaler pour le Pipita. Mais la motivation est intacte. Il sera de retour après les vacances pour prendre la route de Kiev, où aura lieu la prochaine finale de la Champions League. Gonzalo veut à tout prix y être et se débarrasser une bonne fois pour toute de cette étiquette si difficile à porter.

1 commentaire

  1. Et oui!
    Malheureusement une nouvelle fois fantomatique, à part les 15-20 premières minutes.
    On a senti le Higuain tendu, se fait surprendre sur plusieurs contrôles dos au but, il est trop prévisible dos au but, c’était un régal pour Varane et Ramos, du coup Dybala s’est mis au même niveau qu’Higuain hélas.
    Il lui manque la rage, la Niak durant ces matchs…

    Une préparation physique en béton avant le début de saison et je pense qu’on peut retrouver un grand Higuain.

    Et pourquoi pas un préparateur psychologique? Ce n’est pas le seul joueur pro à être bloqué dans sa tête comme ça mais ça se soigne ce type de souci!

    Aller Forza Juvé

LAISSER UN COMMENTAIRE