Après son dernier match à domicile en tant qu’entraîneur de la Juventus, Massimiliano Allegri commence déjà à faire le bilan de son ère : « Je suis arrivé la première année et j’étais convaincu que nous aurions fait une grande saison, surtout en Ligue des Champions. Je me suis beaucoup amusé, sinon j’aurais arrêté avant. Et nous avons terminé de la meilleure des façons, en jouant un bon match, en s’amusant. Ce soir, nous avons beaucoup tiré, nous avons aussi encaissé quelques fois. Terminer le championnat invaincus à domicile avec seulement trois matchs nuls est un nouveau résultat important obtenu par l’équipe, dans une année que beaucoup ont qualifié d’échec parce que nous n’avons pas gagné la Ligue des Champions. Pourtant, l’équipe a remporté deux trophées. Elle a rendu facile ce qui ne l’était pas, c’est à dire gagner le championnat. Je suis content, il reste un dernier match contre la Sampdoria puis nous partirons en vacances ».

Quand a-t-il réalisé qu’il ne serait plus l’entraîneur de la Juventus ? « Je l’ai déjà réalisé jeudi soir, quand j’ai quitté le siège. J’étais convaincu que je ne serais plus l’entraîneur de la Juventus. Mon avenir ? Je ne sais pas, il ne me reste plus beaucoup d’années à entraîner. Cinq années comme celles-ci seraient difficiles à reproduire. L’important avec la Juve, c’est de se quitter en bons termes et c’est le cas. Le Président est une personne très intelligente et il a compris que ce n’était pas nécessaire de continuer ».

Sur son successeur, Allegri ne donne pas de conseil mais a confiance en la direction : « C’est la responsabilité du secteur technique de la Juventus. Ils choisiront sûrement un entraîneur à la hauteur de la société, un entraîneur qui héritera d’une équipe gagnante. Une équipe qui, comme l’a justement dit le vice président, est difficilement améliorable. Donc il aura la possibilité de faire une grande Ligue des Champions. Personnellement, cette année, j’étais convaincu que la Juventus irait vraiment au bout. Puis, je me suis rendu compte, et c’est là qu’il faut être attentif, que les choses ne se mettaient pas très bien tant pour la Ligue des Champions que le championnat. Donc dans le moment décisif, j’ai mis la priorité sur le championnat, après avoir perdu contre l’Atletico. Le championnat, même s’il semblait déjà gagné aux yeux de tous, ne l’était absolument pas. Il suffit de voir la fin de saison. Qui choisir ? Je ne suis pas en mesure de le dire, c’est déjà difficile de choisir les joueurs alors… Mais dans tous les cas, la Juventus est une institution qui réussira toujours à aider l’entraîneur dans les moments les plus difficiles ».

L’hommage d’Andrea Agnelli à Barzagli

Peu avant le coup d’envoi, Andrea Agnelli a pris la parole sur le terrain pour saluer Andrea Barzagli : « Notre rempart. C’est un jour de fête avec le Scudetto. Le huitième consécutif et seuls deux joueurs ont réussi cet exploit. Notre Capitaine Giorgio Chiellini et justement Andrea Barzagli. Des années de luttes et de victoires, de passion. Ces années seront un jour célébrés dans les livres d’histoire du football. Tout le monde sait que l’un de nos secrets sur le terrain était la BBBC (Buffon Barzagli Bonucci Chiellini ndlr). Aujourd’hui, cet acronyme synonyme d’autorité qui rentre dans la légende comme un symbole de solidité défensive et de détermination à gagner. Voilà pourquoi le maillot de Barzagli entrera très vite au J-Museum. En attendant que ce groupe défensif ait sa section dédiée, merci Andrea. Honneur à toi et ta présence quotidienne. Honneur pour avoir combattu, pour avoir gagné, pour avoir serré les dents dans les moments difficiles. On ne peut vaincre le temps mais ton ère en tant que joueur de la Juventus restera éternelle. Merci Andrea ».

Szczesny : « Allegri a été l’entraîneur parfait pour la Juve »

« C’est une chose d’être les plus forts, c’en est une autre de gagner sur le terrain. Cette année, nous avons été très bons pour gagner les matchs qu’il fallait gagner. Nous avons remporté de nombreuses confrontations directes. Nous avions 20 points d’avance à la 28ème ou 29ème journée, avec une dizaine de matchs encore à jouer. Nous avons été excellents et nous sommes heureux de soulever la coupe ».

De Barzagli, le gardien retiendra surtout « un joueur incroyable. Je crois que dans l’histoire du football, il y eu peu de défenseurs comme Andrea. Il était un exemple aussi bien en tant que coéquipier qu’en tant qu’homme. Je suis sûr qu’il restera toujours notre ami et qu’on le verra souvent à la Continassa ».

Il a également rendu hommage à Massimiliano Allegri : « Je crois que pendant ces cinq années il a été l’entraîneur parfait pour la Juve. Il sait parfaitement gérer le groupe, avec beaucoup d’expérience. Et au final, il n’a jamais perdu le Scudetto, il y a très peu d’entraîneurs qui l’ont fait dans l’histoire. Félicitations à lui, on lui souhaite le meilleur pour le futur ».

Enfin, on lui a demandé quelle note il donnerait à sa saison : « 10. Nous avons gagné le Scudetto, peut-être un point en moins pour ne pas avoir gagné la Ligue des Champions. Mais nous réessaierons l’année prochaine et je me donnerai alors un beau 10 ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here