Pour la presse allemande, Sami Khedira sera forcément l’une des attractions de la double-confrontation contre le Bayern. Cette dernière suit avec attention les prestations du Champion du Monde qui sera certainement sollicité par Joachim Low pour l’Euro 2016. La Bild est donc allé à sa rencontre avant le huitième de finale aller, prévu mardi soir au Juventus Stadium.

Sami, la Juve a fait match nul (0-0) à Bologne après 15 victoires consécutives, le Bayern est entrain de dominer la Bundesliga : aujourd’hui qui est le plus en forme ?
« Le Bayern est une des équipes les plus fortes au monde, ce n’est pas un secret. Si quelqu’un veut les voir dans le rôle de favori, qu’il le fasse. Mais moi je dis que la Juve est une équipe de même niveau que les bavarois, avec l’expérience et les caractéristiques nécessaires pour jouer des matchs de cette importance. Au final, comme toujours dans ce genre de matchs, c’est la forme physique qui fera la différence ».

Ou les blessures. Le Bayern n’a pratiquement plus de défense…
« C’est vrai, mais nous avons aussi perdu deux défenseurs de haut niveau comme Chiellini et Caceres. Cependant, plus que l’urgence des bavarois en défense, ce sera l’attitude avec laquelle nous affronterons le Bayern qui comptera : si nous ratons notre approche, nous ne réussirons même pas à arriver jusqu’à la défense des Allemands ».

Mais il manque tout de même des joueurs vraiment importants au Bayern.
« L’absence de Boateng pèsera certainement beaucoup : pour moi c’est le meilleur défenseur central des deux dernières années ».

Ton ami Tasci pourrait le remplacer.
« Avec Serdar, nous nous sommes liés d’amitié à Stuttgart. Je suis content de le rencontrer dans un match de ce niveau ».

Hier, il a joué contre Darmstadt : avec lui le Bayern a aligné une défense à 4 dans laquelle personne ne fait plus d’1m80. Ca peut être un avantage pour vous ?
« C’est un aspect à prendre en considération. Cependant, avec Allegri, nous avons développé un style de jeu qui nous garantit une grande flexibilité tactique et s’adapte parfaitement aux caractéristiques des joueurs qui sont sur le terrain. Contre le Bayer, nous avons plusieurs options. Notre attaque, avec Dybala et Morata, est forte et assez imprévisible ».

Tu es désormais à Turin depuis quelques mois : peux tu nous expliquer pourquoi la presse italienne te félicite souvent alors que les Espagnols étaient très critiques envers toi ? Peut-être que le football italien s’associe mieux à ton style de jeu ?
« C’est de notoriété publique que les tifosi et les médias madrilènes veulent surtout voir du spectacle. Et je ne suis pas un joueur ‘spectaculaire’ : avec mes caractéristiques, je cherche à donner de l’équilibre et de la stabilité au jeu de l’équipe. Les tifosi italiens l’ont compris et cela me fait vraiment plaisir. Dans tous les cas, mon style de jeu n’a pas changé depuis l’époque de Stuttgart. Ils me manquent peut-être quelques buts ».

Comme ceux que tu as marqué contre le Bayern en 2008…
« Oui, ce match se termina sur le score de 2-2. Ca ne me déplairait pas de le refaire mardi. Notamment parce qu’en Champions, ces dernières années, je n’ai vécu que des déceptions lorsque j’ai affronté le Bayern ».

Après ta grande récupération d’une blessure sérieuse en 2014, tu as eu plusieurs problèmes de type musculaire. Comment cherches tu à les éviter ?
« En prêtant attention à mon corps de manière raisonnable, surtout au cours des derniers mois de la saison, ceux qui sont décisifs. Et pas seulement pendant les 4 heures d’entraînement chaque jour au centre sportif de la Juventus ».

Concrètement, qu’est ce que cela signifie ?
« Que je soigne mon alimentation, que je préfère aller en salle plutôt que me rendre en centre-ville pour le shopping. Et que je fais des exercices même à la maison, tout seul. Nous les footballeurs, nous vivons une vie privilégiée et pour cela nous avons le devoir d’être toujours disponibles pour le club, surtout dans les périodes décisives de la saison. Dans des matchs comme ceux contre le Bayern, tu dois être à 100% : être même à 95% de ta forme peut te faire rater un but décisif ».

Le professuer Müller-Wohlfart, l’ancien médecin du Bayern, t’accompagne dans ce travail de récupération physique.
« Oui, depuis presque 10 ans. Mais on en parle seulement parce que nous rencontrons le Bayern maintenant. En réalité, il suit de nombreux autres joueurs. Je fais totalement confiance au docteur Müller-Wohlfart parce qu’il sait exactement ce dont j’ai besoin, surtout au niveau des blessures musculaires. Il m’aide à récupérer plus rapidement. Le tout se fait en pleine collaboration avec la Juventus et dans un excellent travail d’équipe ».

LAISSER UN COMMENTAIRE