La Juventus affrontait ce soir la Lazio Roma en quart de finale de Coppa d’Italia et il aura fallu attendre le but de l’ex biancoceleste, Stephan Lichtsteiner, à la 66ème minute pour débloquer une partie jusque-là tactiquement au point de part et d’autres. La Juventus retrouvera en demi-finale l’Inter Milan, tombeur de Naples hier soir, au programme les 27 janvier et 2 mars prochain.

Le début du match est très disputé, chacune des deux équipes tentent de prendre en main les clés du jeu en gagnant la bataille du milieu de terrain mais se démarquent plus par les imprécisions qui se succèdent durant les 10 premières minutes que par les actions concrètes. La première est à mettre à l’actif des laziales lorsque Keita prend de vitesse Caceres et se retrouve en position de frappe. Heureusement pour la Juve, ce dernier ne parvient pas à tromper Neto et à donner l’avantage aux siens.  Les 15 premières minutes de jeu ne sont pas très bonnes pour la Juve qui ne s’est procurée qu’une seul tir, non cadré. Une période d’adaptation sans danger puisque la Juve reprendra petit à petit le contrôle du ballon et se procurera quelques actions qui ne trouveront cependant pas le cadre.

On assiste alors à un match tactique, entre deux équipes très bien organisées qui ont décidé de ne rien concéder à l’autre, ne laissant aucun espace aux attaquants adverses. Le spectacle n’est alors que peu au rendez-vous, il nous offrira plus de fautes qu’autre choses, malgré les quelques tentatives d’incursion bianconere bien repoussées par la défense laziale. A la 25ème minute, Simone Zaza sera idéalement servi par Stefano Sturaro mais ne parviendra pas à frapper suffisamment fort le ballon que pour inquiéter le gardien adverse, au contraire de cette belle frappe signée Pogba une minute plus tard sans pour autant trouver la faille. La Juventus rentre alors enfin dans son match, récupérant de plus en plus de ballons et le but aurait pu venir à la 33ème minute lorsque Morata, d’une action bien engagée par un sombrero se retrouve face à un défenseur avant de tomber et de réclamer un pénalty que l’arbitre ne donnera pas, à raison.

Il n’y aura rien d’autres à signaler pour cette première mi-temps qui, dans l’ensemble, n’aura pas offert le spectacle attendu dans ce genre d’affiche. Les 22 hommes regagnent alors les vestiaires sans que l’arbitre ne leur concède de minutes supplémentaires et ce malgré le grand nombre de fautes, 20 au total, qui constitue certainement la statistique de cette première période.

Au retour des vestiaires, c’est la Lazio qui semble revenir avec les meilleures intentions. Comme lors de la première période, c’est elle qui se procurera la première occasion sur un coup-franc fort heureusement mal négocié par Candreva. Les cinq premières minutes seront totalement loupées par les bianconeri, enchainant les mauvaises passes et mauvais contrôles qui n’auront aucune incidence sur le résultat. Après cette petite phase de mise en route, la Juventus reprend à nouveau le contrôle du ballon et se procure enfin une occasion dangereuse par l’intermédiaire de Zaza, à l’initiative et à la conclusion de celle-ci. Mais malgré un bon travail effectué en décalant Morata, ce dernier se trouve en bonne position de frappe mais se heurte au gardien adverse qui repousse dans les pieds de Zaza qui ne parviendra pas à reprendre correctement le ballon et à donner l’avantage à la Juventus alors que les cages semblent vides. Cette action profile alors la suite de la rencontre puisque c’est la Juve qui fera le jeu et se procurera la majorité des actions dangereuses, pendant que la Lazio ne parvient pas à faire tourner le ballon et à bouger le bloc turinois.

Durant quelques minutes, la Juventus passe tout près de l’ouverture du score, grâce à de très bons centres et coups francs donnés par Sandro et Marchisio, trouvant respectivement les têtes de Pogba et Chiellini qui n’arrivent pas à ajuster et cadrer. Il faudra alors attendre la 66ème minute pour enfin voir la Juventus prendre l’avantage. Grâce à une très lourde frappe de Zaza qui trouve le poteau, Lichtsteiner, ancien joueur de la Lazio, suit bien et reprend tranquillement le ballon qui franchira la ligne avant que le gardien ne le sorte. L’arbitre accordera le but à raison donnant ainsi l’avantage, bien mérité, à la Juve. Et sur l’action suivante, elle n’est pas loin d’accentuer cet avantage par Sturaro puisque ce dernier se retrouve en bonne position mais Berisha ne se laisse pas tromper.

La Juventus décide alors de laisser le ballon à l’adversaire et de procéder par contre-attaque, ce qui fonctionnera plutôt bien puisqu’elle se procure encore d’autres occasions, par Zaza par exemple qui effectue un match très réussi malgré qu’il ne marque pas. Au contraire, son comparse en attaque, Alvaro Morata, ne parvient toujours pas à se débloquer et à retrouver le chemin des filets, pire encore puisqu’il ne parvient pas à se procurer de véritables occasions pour y parvenir. Il sera d’ailleurs remplacé à quelques minutes du terme par Dybala qui, en quelques minutes à peines, se procurera l’une et l’autre occasion franche d’encore affoler ses compteurs personnels comme à la 90ème minute lorsque Pogba le trouve magnifiquement dans la profondeur avant que Berisha ne s’interpose, ou encore à la 94ème. Quelques instants plus tôt, c’est Mario Mandzukic qui aurait pu tuer tout suspens mais encore une fois, Berisha est au bon endroit et entretient l’espoir de voir son équipe revenir. Mais la Lazio est trop statique, ses joueurs n’offrent aucune solutions au porteur du ballon et laisse le temps couler sans avoir un sursaut d’orgueil pouvant inquiéter la Juve.

L’arbitre accorde alors 5 minutes de temps additionnels, dues aux changements effectués mais aussi aux blessures laziales qui finiront même le match à neuf, suite à la blessure de Biglia mais surtout au spectaculaire KO de Sergej Milinkovic qui ne peut éviter le dégagement de Sturaro et recevra le cuir en plein visage. Le match se termine alors et l’arbitre acte officiellement la victoire des turinois, à l’extérieur, leur permettant ainsi de rejoindre les intéristes en demi-finale au programme du 27 janvier et 2 mars prochain.

LAISSER UN COMMENTAIRE