Au terme d’une saison exceptionnelle et d’un formidable parcours, la Primavera a finalement dû s’incliner en finale du championnat, face à la Roma, aux tirs aux buts. Le match, bien que peu enthousiasmant, a cependant montré que les deux équipes disposent d’éléments de grande qualité dans leurs rangs. Et ce n’est certainement pas un hasard si ce sont justement ces deux sociétés qui insistent le plus auprès des institutions pour réformer la formation et autoriser la création des équipes B. 

Hier contre la Roma, les choses avaient plutôt bien commencé pour la Juventus. Bien que dominés par les giallorossi, les juventini ouvrent le score. Kastanos transforme un pénalty par un Lirola encore une fois en très grande forme. Quelques minutes plus tard, Zappa voit même sa frappe puissante finir sur la barre. La Juventus rentre aux vestiaires avec un seul but d’avance. Les giallorossi dominent au retour des vestiaires et, à la suite d’un corner, Ponce égalise pour les romaines. Touchée psychologiquement, la Juventus souffre. Audero est sollicité à plusieurs reprises et Favilli est à la peine en attaque. Macek, très bon en demi-finales contre le Torino, se démène mais perd trop de ballons. Lirola, en revanche, a encore une fois impressionné, multipliant les allers et retours entre l’attaque et la défense. Au terme du temps réglementaire, le score est de 1-1.

Pour les prolongations, Grosso opère quelques changements et fait notamment entrer Vadalà. Mais les bianconeri sont dominés et ne parviennent pas à débloquer la rencontre qui s’achève donc aux tirs aux buts. Vadalà et Favilli ratent leurs tentatives et permettent donc à la Roma d’être championne. La déception est grande pour la Juventus mais une défaite en finale ne suffirait pas à faire oublier la grande saison des bianconeri qui ont atteint la finale de toutes les compétitions auxquelles ils ont participé (victoire au Viareggio, défaite en Coppa et en championnat).

Fidèle à elle-même, la Juventus a déjà archivé cette défaite et se tourne tout de suite vers l’avenir. Très courtisé en Serie B, Fabio Grosso a d’ores et déjà été confirmé pour une année supplémentaire. Pour ces jeunes en revanche, le plus dur est maintenant à venir. Pour la plupart âgé de 18 à 20 ans, ils n’ont encore jamais goûté au monde professionnel (à quelques exceptions près) et le passage de la Primavera à la Serie B ou la Lega Pro est souvent difficile. Voilà pourquoi il est devenu si rare de voir des jeunes du centre de formation débutés en équipe première. Et c’est là qu’est tout l’enjeu de l’instauration des équipes B : mettre les jeunes dans un environnement compétitif le plus tôt possible. Dans l’attente de ces réformes, la Juventus espère que cette génération dorée ne deviendra pas une génération perdue…

LAISSER UN COMMENTAIRE