Le directeur général de la Juventus Giuseppe Marotta a souvent eu l’occasion de prendre la parole dans les médias ces dernières semaines. Départ de Bonucci, arrivée de Bernardeschi et autres objectifs du mercato bianconero, voici un compte-rendu de ses interventions.

Si depuis mercredi nous connaissons le calendrier de la Serie A, pour Marotta, qu’importe qui passe en premier, «ce sera un championnat très dur et équilibré. Tous les terrains sont difficiles: notre championnat est comme le Tour d’Italie, il y a des montées, des descentes, et des plaines: nous devrons tout affronter, match par match».

C’est noté. Le but, lui aussi, est clairement affiché, comme toujours. Remporter un septième Scudetto d’affilée: «Notre objectif principal, c’est la victoire. Nous jouons pour gagner. Ce ne sera pas facile, et ce dès la première journée contre Cagliari. De plus, beaucoup de nos adversaires sont très forts, comme le Milan par exemple qui, même si le mercato n’est pas terminé, est un sérieux prétendant au titre».

Et bien justement, parlons-en du Milan. Avec le départ de Bonucci vers le club rossonero, c’est un élément important de la défense turinoise qui s’en va. Cependant, Marotta tempère; un joueur malheureux est contre-productif: «Il a librement choisi de partir, pour des raisons aussi bien humaines que techniques. Retenir un joueur contre sa volonté n’a aucun sens», déclare-t-il avant d’ajouter «Nous sommes confiants, notre secteur défensif est composé de joueurs de qualité et même sans lui nous disputerons une bonne saison. Il est devenu un champion en arrivant chez nous, peut-être que d’autres progresserons et feront aussi bien». Rassurant. Allez Daniele, à toi de jouer.

Alors certes, la Juventus a de quoi faire pour pallier le départ de l’un de ses piliers. Cependant, il ne faudrait pas que d’autres lourdes pertes s’ajoutent à la liste. Nous pensons notamment à Paulo Dybala qui pourrait rejoindre Barcelone si Neymar libérait une place en partant vers le PSG. Marotta nous rassure, à nouveau, sur la présence du joueur pour la saison à venir: «Nous avons refusé beaucoup d’offres. Quand un joueur est heureux de rester à la Juventus, il y reste tant qu’il le veut».

Et pour en finir avec les inquiétudes des tifosi, il ajoute: «Nous avons donné de la continuité à notre projet en conservant beaucoup de joueurs. Il y a encore des retouches à faire, nous avons déjà pris des footballeurs de grande envergure. Cependant il nous manque un milieu de terrain expérimenté, c’est ce que nous recherchons».

Si le nom qui ressort le plus en ce moment est celui de Matuidi, Marotta reste vague: «Nous devons évaluer attentivement la situation. Il est inutile de donner des noms pour le moment». Surprise, donc. Espérons qu’elle soit bonne.

Mais ce n’est pas tout, le futur de Keita, qui souhaiterais rejoindre la Juventus, est également à définir. Marotta est clair dans ses propos: «Nous avons fait une proposition à la Lazio pour Keita, maintenant, c’est au président Lotito de l’évaluer et nous verrons ce qu’il se passe. S’il veut la Juve, c’est que nous sommes une référence, et ça c’est important».

Côté arrivées, il y a quand même quelques garanties. Comme le transfert de Schick par exemple. Qui a donc sauté. Selon Marotta, «il y a eu des empêchements qui ont fait que le transfert n’a pas abouti. Malheureusement, c’est ce qui est arrivé mais je suis sûr qu’il sera à nouveau ce jeune talent que nous connaissons tous. Avec la Sampdoria, les relations sont toujours bonnes».

En attendant, les tifosi peuvent être sûrs d’une chose; Bernardeschi sera bel et bien bianconero cette saison. L’arrivée de l’Italien a suscité beaucoup d’enthousiasme de la part de tous, et Marotta n’est pas en reste: «Bernardeschi est un jeune talent qui doit devenir un champion ici à la Juventus grâce aux enseignements des champions dont nous disposons. Nous le voulions pour ses qualités humaines et techniques, et pour créer une base italienne solide, car c’est ce qui nous a permis de gagner. Espérons qu’il exploite ses qualités et sa personnalité dans un groupe qui l’exige». C’est tout ce qu’on lui/nous souhaite.

Cependant, une question se pose toujours: aura-t-il le privilège de porter le légendaire numéro 10? Pour beaucoup, ce serait précipité. Et visiblement, Marotta est de cet avis: «La Juventus a une histoire à défendre et c’est un aspect qu’il doit apprendre. Le numéro 10, c’est quelque chose d’extraordinaire et de lourd à porter. Nous ne voulons pas exposer le joueur, mais le protéger. Donc nous verrons cela dans quelques jours ».

Nous verrons. De quel numéro héritera Bernardeschi, quel mystérieux milieu rejoindra la Vieille Dame, le secteur défensif tiendra-t-il ses promesses malgré le départ d’une bandiera, les recrues s’adapteront-elles? Oui, nous verrons. Rendez-vous à la mi-août pour le début des jeux, mais ce que l’on peut voir à présent, c’est que Marotta a un œil sur le long terme. Et ce n’est pas pour nous déplaire.

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE