Ce soir, la Juventus affronte pour le compte des huitièmes de finale ses rivaux et voisins du Torino. Elle remettra d’ailleurs en jeu son titre glané la saison dernière, le dixième de son histoire représentant le record absolu en Italie. Massimiliano Allegri l’a dit, « ça serait un objectif de la gagner pour la seconde fois consécutive », exploit que la Juventus a déjà réalisé fin des années 50, en 1959 et 1960 précisément. Depuis, la Juventus n’a plus jamais eu la possibilité de réaliser cet exploit, n’ayant jamais converti la saison suivant un titre par une finale ou un autre titre. Autant dire qu’elle part de loin.

Les débuts de la Coppa

La Coppa d’Italia voit le jour en 1922 dans un contexte quelque peu particulier. A cette époque, le championnat italien est divisé en deux et est très mal organisé. Deux entités se déchirent et créent leurs propres championnats. D’un côté, la CCI (Confederazione Calcistica Italiana) et l’actuelle FIGC comme on la connait. Cette dernière, pour étoffer un championnat en manque de souffle, décide de créer une compétition à élimination directe et c’est ainsi que naitra la Coppa d’Italia. La première édition sera remportée par Vado, aujourd’hui pensionnaire du championnat Eccelenza. Fort peu appréciée par les supporters, cette dernière ne tiendra qu’une année et sera bannie jusqu’en 1935 avant de revoir le jour en 1936. Hasard des choses, le gagnant de cette nouvelle édition sera le Torino, gagnant largement son match face à Alexandrie.

La Juventus quant à elle ne devra pas attendre longtemps pour remporter sa première Coupe. C’est lors de la troisième édition, en 1938, qu’elle soulèvera pour la première fois de son histoire la Coppa, contre ce même Torino qu’elle affronte ce soir. Et elle n’attendra pas longtemps avant de faire le break et prendre de l’avance sur ses concurrents puisqu’elle remporta en 1942 son second trophée. Les autres éditions seront remportées à chaque fois par d’autres clubs, dont l’Inter, le Genoa ou encore Venise. Seul le Torino parviendra à doubler la mise en remportant le trophée l’année suivant le deuxième sacre bianconero. Les deux équipes trôneront seules en tête de ce classement jusqu’en 1957, le tournoi étant à nouveau abandonné entre 1944 et 1957 en raison de la Seconde Guerre Mondiale.

Duel Juventus/Torino

Le tournoi reprend ses quartiers en 1958 et à nouveau, la Juventus n’attendra pas longtemps avant de l’emporter et d’à nouveau distancer le Torino. C’est en 1959 qu’elle remportera son troisième titre, profitant même de l’année suivante pour conserver son bien, portant son total à 4. Une grande première jusqu’alors pour la Juventus qui devient la première équipe en Italie à gagner deux années consécutivement le titre . Les Granata pour leur part tenteront de revenir à hauteur de la Juventus, sans y parvenir pour autant puisqu’ils se heurteront deux années de suite aux derniers obstacles en finale. Le coup de massue que portera la Juventus à ses rivaux en remportant son 5ème sacre en 1965, soit l’année suivant les finales perdues par ses voisins, aurait pu sonner la fin des illusions de rattraper, un jour, la Juventus en haut de l’affiche.

Mais le Torino ne veut pas abdiquer, ses troisième et quatrième sacres finiront par tomber en 1968 et 1971. Durant ces années là, la Coppa se dispute sous forme de championnat d’où la Juventus ne parviendra pas à émerger, contrairement au Torino qui profite de ce système pour revenir à une longueur de ses éternels adversaires. Elle aurait peut-être même pu revenir si elle avait gagné le mini-championnat de 1970, mais l’histoire ne voulait pas que la Juventus se fasse rejoindre, comme un pied de nez fait par l’ennemi juré.

Le compteur de la Juventus reste pourtant longtemps bloqué à 5, laissant d’autres adversaires pointer le bout de leur nez et revenir non loin d’elle. Ce sera le cas du Milan AC, qui remportera d’ailleurs sa troisième Coppa contre les Bianconeri en 1973, ou encore la Fiorentina qui culmine à 4 trophées en remportant l’édition de 1975. La Juventus ne parvient pas à faire le trou, 14 éditions sépareront alors le dernier titre de la Juventus au suivant. Nous sommes en 1979 et la Juventus entre dans une nouvelle ère glorieuse, aussi bien en Italie où elle remporte les titres de 1981, 1982, 1984 et 1986 qu’en Europe où elle décrochera son premier titre européen majeur, l’actuelle Champions League. Elle en profitera d’ailleurs pour remettre de l’écart entre elle et ses poursuivants en Coupe d’Italie, remportant les éditions de 1979 et de 1983, portant ainsi son total à 7. Et pourtant, le Toro aura bien l’occasion de revenir à sa hauteur, à trois reprises qui plus est puisqu’ils disputeront les finales entre 1980 et 1982 sans jamais l’emporter.

La Roma entre en scène

Ces finales, elle les perdra contre la Roma, deux fois, et l’Inter. Sans faire de bruit, la Roma s’est d’ailleurs considérablement rapprochée du palmarès de la Juventus en Coupe d’Italie. Déjà 4 titres en 1983 lorsque les Bianconeri remporte leur septième trophée et reviendra même à une longueur en 1986, profitant de ses victoires en 1984 et 1986. Après un premier duel acharné contre le Torino pour être l’équipe la plus consacrée en coupe d’Italie, la Roma s’invite alors et ne sera pas simple spectatrice, répondant à un titre obtenu par la Juventus en 1990 en l’emportant l’année d’après.

Peu en vue en Série A, la Roma espère obtenir la consécration tant attendue en Coupe d’Italie et devancer la Juventus dans son duel à distance. Les Bianconeri ne sauront saisir l’opportunité qui leur est offerte en 1992, perdant en finale contre Parma qui remporte alors sa première Coupe. Comble de l’histoire, la saison suivante sacrera non pas la Roma, mais le Torino alors engagé en finale contre … la Roma. Les pires ennemis sont devenus les meilleurs alliés le temps de deux soirées, la première ponctuée par un cinglant 3-0 en faveur des Turinois. La seconde n’est pas plus disputée mais plus spectaculaire, la Roma prendra rapidement l’avantage mais se verra rejoindre une première fois par ses adversaires. Rien n’est pourtant fini, la Roma veut y croire et marque un second but, puis un troisième. Il ne leur reste que deux buts à inscrire pour l’emporter et revenir à hauteur des Juventini, mais l’histoire en décide autrement et laisse le Torino revenir à 3-2 avant de voir la Roma s’envoler à 5-2. Il reste alors trente minutes de jeu, trente minutes durant lesquelles ils ne parviendront pas à marquer ce dernier but victorieux, le titre leur échappe à la faveur des buts granata marqués à l’extérieur. La Juventus est alors bénie, voire plus, et profitera en 1995, soit deux ans après ces matchs fous, de l’occasion pour distancer, à nouveau, les Romains.

S’en suivront ensuite des duels à distance entre 2002 et 2006. Durant cette période,  chacune des équipes aura la possibilité de remporter la Coupe, la Roma en aura trois tandis que la Juventus en aura deux. Mais aucune des deux équipes ne parviendra à l’emporter, perdant à chaque fois leurs finales respectives. Le destin sourira pourtant aux Romains entre 2006 et 2008. Cette fois, la Juventus ne peut compter sur le Torino pour empêcher l’évidente remontée de la Roma. Elle emportera ces années là ses 8ème et 9ème titre, soit autant que la Juventus et aura même la possibilité de la dépasser, non pas une fois mais bien deux fois en 2010 et 2013 et encore une fois, les Giallorossi ne sauront saisir leur chance. Entre 2003 et 2013, les Romains ont disputé 7 finales et en ont perdu 5 alors que la Juventus n’en a disputé que deux, toutes deux perdues également.

La dixième Coppa de la Juventus

Antonio Conte n’y était pas parvenu, Massimiliano Allegri, lui, l’a fait. La Juventus voulait être la première équipe à remporter 10 Coppa, pouvant être ainsi la première à afficher sur son maillot l’étoile d’argent qu’elle n’affichera pourtant pas. Cette année-là, en 2015, la Juventus débute son parcours assez facilement en s’imposant en huitième de finale contre l’Hellas Verone 6 à 1. En quart de finale, elle rencontre Parma lors d’un match assez fermé d’où la délivrance arrivera en fin de match lorsque Morata marquera à la 89ème minute. Les voies célestes du foot semblent avoir décidé que cette année était Bianconera, et ça se confirmera en demi-finale contre la Fiorentina qui remportera pourtant la manche allée 2-1 au Juventus Stadium. Les hommes d’Allegri sont encore en lice sur les trois tableaux et ne veulent pas laisser passer leur chance d’au moins réaliser le doublé tout en rêvant d’un triplé historique. Les troupes se remobiliseront et offriront un véritable récital au Stadio Artemio Franchi, venant à bout des hommes de Montella 0-3.

En finale, la Juventus se verra opposée à la Lazio et sera cueillie à froid dès la quatrième minute de jeu. Elle encaissera le premier but de la soirée et sera amenée à courir après le score. Fort heureusement, Giorgio Chiellini ramènera les deux équipes à égalité assez rapidement. La suite du match est plutôt disputée, les deux équipes ne parviennent pas à se départager malgré leurs quelques occasions. Et après ces 90 minutes de temps, les prolongations font alors leur entrée et c’est la Juventus qui saura en profiter par l’intermédiaire d’Alessandro Matri, héros du soir qui offrira à la Juventus, en guise de cadeau de départ et 20 ans après sa dernière victoire, la dixième coupe d’Italie de son histoire.

Ce soir, la Juventus affrontera donc le Torino, premier adversaire historique en Coupe d’Italie. Ce soir, la Juventus tentera de bien démarrer la compétition en s’ouvrant les portes des quarts de finale et ainsi permettre à Allegri et ses joueurs d’encore espérer réaliser l’objectif fixé, à savoir gagner la Coppa pour la seconde fois d’affilée comme il y’a de ça presque 60 ans, déjà.

LAISSER UN COMMENTAIRE