Le verdict est tombé hier midi ; les destins de la Juventus et de l’AS Monaco se croiseront de nouveau. 2 ans après la double-confrontation en quart de finale de Champions League, c’est un cran au-dessus que les deux équipes feront leurs retrouvailles afin de se disputer une place tant voulue à Cardiff pour la finale. Un peu moins de deux semaines avant le Round 1, premier tour d’horizon sur le futur adversaire de la Vieille Dame.

La qualification en demi-finale de Champions League est motif de bien des satisfactions pour les Bianconeri. Elle signe sa 2e présence en trois années à ce stade de la compétition, et confirme le retour de la Juventus parmi les très grands d’Europe, ainsi que le retour sur investissement de gros efforts consentis durant le mercato. Du côté monégasque, c’est une surprise totale mais forcément bien accueillie, car même si ce n’était pas un objectif affiché, on crache rarement sur une place dans le dernier carré de l’élite européenne. Mais la présence du rocher n’est en rien due au hasard.

LITTLE BIG ROCHER

En effet, la politique de recrutement de jeunes talents paye cette saison, permettant l’éclosion de talents bruts comme Kylian M’Bappé et Thomas Lemar, qui marchent sur l’hégémonie parisienne en place depuis 4 ans de façon totalement décomplexée. Les monégasques sont actuellement en tête de la Ligue 1 Conforama (beurk) devant le PSG et ne semblent pas vouloir lâcher l’affaire même si Nice talonne un peu, derrière.

Cette fantastique saison de Monaco s’explique par des stats : Une moyenne 3.38 buts par match à domicile et 2.25 à l’extérieur, rien que ça, faisant d’elle l’une des attaques les plus prolifiques d’Europe. C’est juste un tout petit match sans avoir marqué un seul but. Ces statistiques ne sont pas étrangères à Kylian M’Bappé, qui du haut de ses 18 ans, est l’auteur de 16 buts en autant de matches toutes compétitions confondues. Il est décisif (but ou assist) en moyenne toutes les 60 minutes, ce qui fait de lui le joueur de football le plus productif de la saison le classant devant Lionel Messi et…Dries Mertens ! Des stats proprement affolantes qui lui ont valu de rentrer dans le cercle très fermé de ces joueurs stars de jolies compilations YouTube « Amazing Skills and Goals ». 

LA (LOOOONGUE) ROUTE VERS CARDIFF

Sur le plan européen, le gamin est forcément impressionnant avec 5 buts en 7 matches, bien aidé par un Falcao retrouvé et, parmi d’autres, un Moutinho plus en forme que jamais. Cette belle équipe aura fort à faire en venant se tester face à la Juventus, qui n’a encaissé que 2 petits buts en 9 matches de Ligue des Champions, sortant au calme deux clean sheets de la double confrontation contre le FC Barcelone, propriétaire du trident offensif le plus performant du monde. Une défense -que dis-je-, un bunker anti-nucléaire qu’il sera très, très difficile d’aller brusquer à force de fougue et jeunesse.

En parlant de défense, voici la probable faiblesse de ce Monaco saison 2016/2017. Si l’on lancera un coucou (presque) affectif à ce bon vieux granata Kamil Glik, et même s’il a franchi un nouveau pallier sur le rocher, la charnière qu’il forme avec Jemerson est loin d’être une garantie tous risques, en atteste les 20 pions encaissés par la formation monégasque en Ligue des Champions cette saison. Aie.

Une demi-finale de C1 au parfum de Derby Della Mole pour le polonais.

Autre élément en leur défaveur, un calendrier fort en chocolat pour une équipe qui n’a absolument pas l’habitude de jouer tous les 3 jours. En effet, et sachant qu’ils jouent le titre en championnat, Monaco devra affronter Lyon, Paris (pour la demi-Finale de Coupe de France), Toulouse, la Juve le 3 Mai donc, Lille et Saint-Etienne avant son second rencard avec la Vieille Dame le 9 Mai. On rappelle que l’ASM est une équipe qui a joué les barrages de Ligue des Champions contre Fenerbahçe et Villareal, et joue actuellement une saison de 63 à 65 matches. Autant dire que le risque de burn-out est présent et doit trotter dans la tête de Jardim, qui fait tourner son effectif au maximum mais qui dispose de très peu de profondeur de banc pour être compétitif sur tous les plans. Ah, le son des genoux qui grincent…

ROULEZ JEUNESSE

Alors, bon tirage l’ASM ? Coach Allegri l’a dit, « Ce n’est pas dans la culture Juve de sous-estimer un adversaire. Nous irons à ces demi-finales avec une concentration maximale !». Oui, aucun adversaire n’est à sous-estimer, on n’arrive pas en demi-finale de Champions League par hasard, et le caractère jeune et fougueux de cette équipe qui franchit les paliers un à un a de quoi renvoyer vers les plus belles heures de la compétition dans le milieu des années 90. Celui des « vitrines ». Berlusconi doit assurément s’en souvenir, d’ailleurs l’équipe en face de lui jouait en blanc et rouge, elle aussi.

La Juventus traîtera l’AS Monaco avec le maximum de respect. L’enjeu est de taille, mais l’objectif est clair : Se faire Roi dans la Principauté, avant de se rêver Empereur à Cardiff.

Entre p'tits ponts lyriques et tacles à la jugulaire. S'est déjà fait les croisés à l'auriculaire gauche. Deux fois.

LAISSER UN COMMENTAIRE