Après avoir quitté la Vieille Dame un peu malgré lui (retrouvez notre hommage au Petit Prince ici), Claudio Marchisio a posé ses valises au Zénith à Saint Pétersbourg. Il s’est exprimé une dernière fois en Italie aux micros de Sky Sport et Sportmediaset.

Hommage à la Juventus

« Pour moi la Juve a toujours été ma famille. J’ai commencé en 1993 et elle m’a donné la possibilité de vivre un rêve en gagnant vraiment énormément. J’ai tellement d’émotions qui me lient à elle jusqu’au plus profond de moi, je ne peux pas les oublier. J’ai été très très chanceux car au-delà d’avoir pu réaliser mon rêve de jouer avec le maillot de la Juventus, j’ai eu la possibilité de beaucoup gagner et d’obtenir beaucoup de records. Ce n’est pas quelque chose qui arrive à tout le monde et je ne peux qu’être reconnaissant pour cela. Ce qui me reste, ce sont des émotions. Ce ne sont pas seulement des victoires mais aussi des rapports humains : avec la ville et les tifosi, pas seulement d’ici à Turin ou d’Italie, mais aussi du monde entier. Cet été, j’ai eu l’occasion de beaucoup voyager et de vivre cela de l’extérieur. Ce sont des émotions que je garderai en moi et qui m’ont beaucoup apportée. »

Un au revoir à Turin et à la Juve

« A Turin, certainement. A la Juve, je ne sais pas. »

Nouvelle page, nouveau club

« Désormais, ma famille et moi-même nous sommes habitués à cette réalité et à cette expérience. Nous partons donc tous ensemble pour la vivre tous ensemble. J’ai eu de la chance pendant les négociations de connaître Javier Ribalta, qui m’a convaincu très rapidement. Ce qui compte maintenant, c’est arriver et rencontrer l’entraîneur, l’équipe. Les remercier pour cette opportunité qu’ils me donnent et continuer avec eux cette saison qui a plutôt bien commencé, puisqu’ils sont premiers au classement. »

Le Zenith

« C’est une Société qui est bien organisée, une structure importante. Il y a des joueurs que je connais bien comme Paredes. J’entre donc dans un groupe qui est déjà très uni et qui a une grande expérience. L’objectif du club est de retrouver la Ligue des Champions et de gagner le championnat cette saison. Ce sont ces facteurs qui m’ont convaincu à accepter leur proposition. »

Ses dernières saisons à la Juve

« Ça n’a pas été des saisons faciles mais ce sont aussi les risques du métier. Cela me déplait seulement que l’on ait parfois dit que j’étais blessé, parce que ça n’a jamais été le cas. Cela fait partie de notre travail… Il ne tient donc qu’à moi de commencer cette nouvelle aventure, de m’entraîner comme je l’ai toujours fait et de le démontrer ensuite sur le terrain.

Pas de 8, mais un numéro 10 en Russie

« Je sais que c’était le numéro de Arshavin mais par-dessus tout c’était le numéro de Del Piero, mon idole depuis enfant. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here