Le mercato est terminé. Après plusieurs mois de dur travail récompensés par des transferts remarquables, Beppe Marotta peut maintenant tirer un premier bilan. « C’est un mercato qui nous rend satisfaits, a-t-il déclaré sur J-tv, et c’est l’occasion, pour ma part, de remercier tous ceux qui se sont activés pour atteindre ces objectifs. En particulier Fabio Paratici, Pavel Nedved, le président et tout le staff technique et sportif qui a contribué à atteindre cet objectif« .

Tout s’est passé comme prévu ou des variables imprévisibles ont modifié les stratégies ?
« C’est normal que l’on se fixe des objectifs qui ensuite ne sont pas toujours atteints, sinon ce serait synonyme de perfection. Mais comme personne n’est parfait, certaines choses ne se sont pas terminées comme nous l’aurions espéré. Mais en résumé je dirais que nous sommes très satisfaits car nous avons rempli la majeure partie des objectifs que nous avions en tête« .

Maintenant, le mercato est presque ouvert toute l’année. A quel point, dans le football moderne, est-il difficile d’atteindre tous ses objectifs ?
« Je dirais que les deux fenêtres du mercato en janvier et en juillet sont la synthèse d’un travail effectué pendant toute l’année à travers les relations et l’observation des joueurs. Donc nous sommes déjà entrain de travailler pour nos prochains objectifs qui sont de détecter les jeunes intéressants et d’identifier les opportunités encore plus intéressantes« .

Qui achèterons-nous en janvier ?
« Espérons que nous n’achèterons personne. Si c’est le cas, cela signifierait que les choses se sont très bien passées. Mais l’objectif de la Juventus est de toujours se renforcer. L’objectif et le devoir des dirigeants est de saisir les opportunités. C’est pour cela que je dirais que la fenêtre de janvier est un mercato complémentaire comparé à l’été. Après, il n’y a pas toujours ces opportunités. Ce serait un peu prématuré de faire des pronostiques. Mais disons que notre travail continue, en approfondissant certaines éventualités aujourd’hui pour les transformer en choses définitives demain« .

Pogba ?
« Nous n’avons jamais voulu le vendre. Mais il a souhaité changer d’air et face à cette idée, tu ne peux pas refuser de conclure les négociations« .

Higuain ?
« Nous voulons prendre les meilleurs joueurs pour obtenir le meilleur rendement et parmi ces objectifs il y avait Higuain« .

Witsel ?
« Nous avons un effectif très fort cette année. Nous pouvons compter sur Asamoah et Lemina est en progression. Witsel était une possibilité et nous avions un accord avec le Zenith pour les visites médicales. Ensuite, le Zenith n’a pas trouvé de remplaçant et a bloqué le transfert, ou plutôt renvoyé le tout à plus tard« .

Matuidi ?
« Nous avons commencé à négocier avec le PSG. Mais nous ne pouvons pas interférer dans les rapports entre le club et le joueur. Au final, le PSG a souhaité le garder« .

L’exclusions de Lichtsteiner du groupe pour la Ligue des Champions ?
« L’exclusion est seulement liée à des logiques techniques. Dans ce secteur, nous avons des joueurs comme Cuadrado et Dani Alves. Ce n’est pas une punition. Au cours de la saison, il pourra servir. Il est en fin de contrat et aujourd’hui, c’est compliqué d’en parler. Et puis plus l’effectif est fort, plus on atteint facilement nos objectifs, il doit comprendre cela« .

La Ligue des Champions est un rêve ou une obsession ?
« Ni l’un ni l’autre. C’est un objectif. Chaque fois que la Juventus participe à une compétition, elle a l’obligation d’essayer de gagner. Et donc que ce soit la Champions, la Supercoppa, le Scudetto et la Coppa Italia, chaque compétition doit être un objectif à atteindre. Et donc la Champions est un de ces objectifs que nous souhaiterions atteindre« .

Peut-on gagner avec des chiffres d’affaire inférieurs ?
« Je dirais en partie, dans le sens que le football est considéré comme une activité d’entreprise. Et dans ce genre d’activité, il y a des compétences et il y a des motivations. Donc quand à la base, il y a les compétences et les motivations, je pense que les résultats sont plus faciles à obtenir. Même si au sein de ces compétitions, il faut marquer une grande différence. Certaines compétitions comme la Ligue des Champions sont des tournois où l’imprévisibilité a un rôle très important. Le Championnat en revanche peut être vu comme une course à étape, donc sur le long terme, c’est toujours la meilleure équipe qui gagne. Mais en Ligue des Champions, il faut arriver au soir du match dans les meilleures conditions athlétiques, avoir la meilleure formation possible sans suspendus. Nous l’avons vu l’année dernière, la qualification s’est jouée en quelques minutes à Munich. Donc l’imprévisibilité, au delà de la valeur de l’effectif, a un rôle absolument fondamental« .

Où en est l’introduction des équipes B ?
« C’est un argument qui nous tient à coeur et qui selon moi est un instrument qui peut faciliter la progression footballistique et humaine de nos joueurs. Car ils auraient la possibilité de s’entraîner en permanence avec les champions. Et ils pourraient assimiler les méthodologies techniques et physiques de l’équipe première. Et ce serait aussi plus facile pour l’entraîneur de l’équipe première de les utiliser puisqu’ils les auraient toujours sous les yeux. Cela permettrait de créer un vrai jeune prometteur, un potentiel champion« .

LAISSER UN COMMENTAIRE