Veni, vidi, vici. S’il y a bien un joueur qui a conquis l’Italie, c’est Blaise Matuidi. Arrivé en même temps que Bernardeschi, De Sciglio, Bentancur, Costa et Szczesny, l’ancien milieu du Paris Saint-Germain n’a pas fait l’unanimité lorsqu’il a été annoncé sous les couleurs de la Vieille Dame. Et pourtant, aujourd’hui, alors qu’il a été absent trois matchs consécutifs, il nous manque gravement. Qui l’eut cru ? L’homme renié à son arrivée est maintenant un point clé et indispensable du milieu de terrain bianconero. Retour sur des débuts parfaitement négociés par le français sous ses nouvelles couleurs.

Allegri, qu’en pense-t-il ?

Dès le troisième match de l’ex-parisien en Serie A, Max Allegri a décidé de le faire jouer titulaire. Il avait en effet marqué les esprits lors de ses deux premiers matchs. Allegri l’a d’ailleurs encensé dès le début de la saison, en Septembre dernier : « C’est un milieu différent de tous les autres milieux de terrains que nous avons. C’est aussi un joueur de calibre européen, qui sait jouer simple, intelligemment, avec ou sans ballon, qui est toujours en mouvement. » En fait, Matuidi, c’est un joueur qui se donne toujours à fond, et Allegri l’a bien compris. Il l’a d’ailleurs qualifié, en précisant que c’était une blague, de « vagabond ». Lorsque l’on voit à quel point Llorente et Morata ont été appréciés à la Juve, on peut se douter que Matuidi subira le même sort, et c’est tout le mal qu’on lui souhaite.

« Matuidi a une qualité extraordinaire : il se tait, il court, et en plus il sait jouer au foot. » a déclaré Allegri.

Matuidi en chiffres

Depuis le début de la saison, « Blaisou » s’est illustré sur le terrain comme un joueur correspondant parfaitement au schéma d’Allegri. Voici les chiffres à retenir pour se rendre compte de l’importance du joueur (en Serie A uniquement) :

  • Deux buts. Le joueur a ouvert son compteur contre Bologne avec une superbe demi-volée au ras du poteau. Il a également marqué contre le Torino en Coppa Italie, décrochant une victoire et une qualification. 
  • Une passe décisive. Celle qui a permis à Pipita d’égaliser pour la Vieille Dame, et d’éviter de se faire ridiculiser par Benevento à domicile.
  • 61% de dribbles réussis. Lui qui était beaucoup critiqué pour avoir un style de jeu particulier et des comportements qui lui sont propres sur le terrain, il s’est métamorphosé à la Juventus. Physique mais également technique, le milieu de terrain de Serie A n’a plus de secret pour lui !
  • 90% de passes réussies en moyenne. C’est juste monstrueux. C’est un chiffre atteint par aucun autre joueur de la Vecchia Signora cette saison, ce qui fait de Matuidi le meilleur passeur du club depuis son arrivée. Que demander de plus ?

Le match contre Atalanta, un modèle à suivre

Si le match aller de Coupe d’Italie contre l’Atalanta a été retenu comme celui marquant le retour du grand Buffon, il ne faut pas négliger la performance de Matuidi, même cachée par la brume de Bergame. En effet, celui-ci, qui a joué les 90 minutes, nous a montré du beau football. Avec 90,6% de passes réussies, 100% de dribbles, 66% de duels gagnés et une passe clé ayant mené au but, le gaucher nous a montré l’étendue de ses performances, à ne pas sous-estimer.

Son absence pesante

Le moins qu’on puisse dire, c’est que Blaise nous manque. En effet, sans lui, le 4-3-3 mis en place par Allegri, en réponse au 4-2-3-1 qui n’avait pas convaincu en début de saison, n’est plus aussi efficace. Le joueur correspondant le plus à Matuidi est, selon l’entraineur, Stephano Sturaro.  Le niveau des deux joueurs est pourtant difficilement comparable. Même si Pjanic est un excellent milieu, il ne peut gérer seul : Marchisio semble être boudé depuis quelques temps par Allegri, qui préfère donner leurs chances à Sturaro et Bentancur. Quant à Khedira, mieux vaut ne pas en parler : c’est un sujet qui divise chez les tifosi. En tout cas, on peut le dire sans trop de risque : l’absence du français est un poids. Contre Tottenham, on a pu voir les contre-performances du milieu de terrain, qui aura coûter une potentielle victoire à la Vieille Dame : même si Higuain aurait pu être plus décisif, celui-ci se retrouvait souvent seul devant.

Mais le cauchemar est fini : Blaise devrait être de retour dimanche contre l’Atalanta, qu’il a déjà bien mis dans sa poche au mois de janvier.

Auteur d'avant-matchs et de pleins d'autres trucs sympas.

LAISSER UN COMMENTAIRE