A quelques jours du choc entre le Napoli et le Real Madrid en huitièmes de finale de la Ligue des Champions, le Corriere Dello Sport est allé prendre des nouvelles d’Alvaro Morata. Pour lui, ce match a une saveur particulière puisqu’il affronte un rival de son ancienne équipe : « Je veux toujours gagner, mais j’admets que je serais encore plus heureux de battre le Napoli, vu mon passé juventino ».

Le Real Madrid et la Juventus ont en commun le même objectif : remporter la Ligue des Champions. Ainsi, une finale entre les deux n’est pas à exclure : « La Juventus est la Juventus et peut toujours aspirer au top. Je dois reconnaître que ça ne me plairait pas mais si je peux y être, alors je signerais pour. Et puis, si je dois perdre une finale, je préfère que ce soit contre la Juventus que contre n’importe quelle équipe. Mais nous devons d’abord nous concentrer sur le Napoli. Et si nous nous mettons déjà à penser à la finale, le Napoli nous éliminera ».

Alvaro Morata admet ressentir une certaine nostalgie lorsqu’il repense à son passé turinois : « Ce qui me manque le plus ? Tout le groupe des Italiens : Bonucci, Barzagli, Chiellini, Marchisio, Buffon : ils ont tous été fondamentaux pour mon adaptation à la Juventus et à Turin. Si je m’étais retrouvé dans un vestiaire un peu plus ‘agressif’, je n’aurais certainement pas fait aussi bien à la Juve ».

Mais il reconnait que toutes les conditions n’étaient pas réunies pour avoir le meilleur rendement possible : « Les blessures et les périodes ‘sans’ font partie du football. Si je dois dire la vérité, et je ne l’ai encore jamais dit jusqu’à maintenant, j’ai souffert du fait de ne pas appartenir totalement à la Juventus. J’étais conditionné par la clause de rachat et cela m’a un peu limité. Parce que dans certains matchs, le club, et c’est logique, misait sur des joueurs qui lui appartenaient parce qu’il savait que l’été suivant, il ne les aurait pas perdu comme moi. Peut-être que si j’avais appartenu totalement à la Juventus, les choses se seraient passées d’une manière différente ».

Sans cette clause, Morata admet qu’il serait certainement resté :  « Je ne suis pas italien mais j’ai tout donné pour le maillot bianconero et j’étais disposé à rester là de nombreuses années. La Juventus le savait, le seul problème était l’appel du Real Madrid, qui est mon rêve depuis que je suis petit. Sans cette clause, ils auraient du me chasser pour me faire quitter Turin ».

Interrogé sur les sifflets à Ronaldo et le comportement du public du Real, il ne peut s’empêcher de repenser aux tifosi bianconeri : « Le Bernabeu a sifflé de nombreux champions, pas seulement Cristiano. Nos tifosi sont très exigeants. Mais c’est vrai qu’en Italie, vous êtes plus passionnels. J’ai encore la chair de poule quand je repense à l’accueil que les tifosi bianconeri nous ont réservé à notre retour de la finale de la Ligue des Champions ».

LAISSER UN COMMENTAIRE