Après cette première partie de championnat duquel il reste un match avant d’entamer la phase retour, il se dégage déjà une nette évolution par rapport à la saison passée. Massilimiano Allegri peut compter sur une animation offensive des plus prolifiques, contrairement à l’an passé ou les milieux participaient beaucoup plus à l’animation offensive. Avantage ou non, éléments de réponse.

Le changement de la Juve est structurel et démontre, s’il le fallait encore, que la première qualité de Massimiliano Allegri est de savoir s’adapter aux caractéristiques de ses joueurs. Avec l’arrivée de trois nouveaux attaquants, les départs de Vidal et PIrlo (qui a laissé son rôle de regista à Marchisio), la Juventus a changé son style pour marquer, laissant cette tâche exclusivement à ses attaquants. Il aurait pu sembler à un paradoxe après le départ de Tevez, l’attaquant de Conte et d’Allegri aux chiffres fous, mais les chiffres sont éloquents.

La différence, c’est qui marque

Faisons les comptes. Après 24 matchs officiels (le match contre Carpi n’est pas pris en compte), 16 en championnat, 6 en Champions League, un en SuperCoppa et un en Coppa d’Italia, la Juventus a marqué  cette année 37 buts, y compris les deux auto-goals marqués. Le quintet d’attaquants formé de Dybala, Mandzukic, Zaza, Morata et Cuadrado a marqué 27 de ces buts, le reste de l’équipe (défenseurs et milieux de terrain) en a donc marqué 8. Les attaquants ont alors marqué 73% des buts totaux de l’équipe. Si l’on compare avec la Juventus version 2014-2015 qui avait marqué 50 goals (avec deux super-scores dont le 7-0 en championnat contre Parme ou encore le 6-1 contre l’Hellas en Coppa) on arrive, avec Tevez Morata, Llorente, Coman et Giovinco à un total de 29 buts, représentant 58% du total marqué par l’équipe. Le constat est donc le suivant : les attaquants sont à l’origine de la majorité des buts cette saison, à savoir si c’est un avantage ou non.

Une nouvelle équipe

En ajoutant 10 nouveaux joueurs à son équipe, Allegri a rénové non seulement le cadre mais l’essence même de l’équipe et plus profondément que l’on pourrait le penser. Le technicien Bianconero savait qu’il n’aurait plus PIrlo ou Vidal et que Marchisio serait replacé en Regista, en lieu et place de Pirlo donc et perdrait là des opportunités en zone de but. L’an dernier, les milieux avaient déjà marqué 18 buts à la même période, cette année ils sont à seulement 8. Pogba était à 6 pour seulement 3 aujourd’hui (sans compter Carpi) et pourtant on en attend beaucoup plus de sa part, même Chiellini l’avait dit avant le championnat. En  Champions League, il n’a pas encore marqué et pourtant c’est celui qui tire le plus au but, 21 fois. Khedira qui a peu joué n’a marqué qu’une seule fois pour le moment, Marchisio lui n’arrive jamais à la conclusion. Hernanes, qui revient de blessure et de suspension est aussi à 0 tout comme Pereyra, toujours blessé.

Les changements

A présent, la Juve est clairement répartie au niveau des goals. Elle a confié à Dybala la tâche de lier le milieu à l’attaque et à Mandzukic, elle a demandé qu’il fasse ce qu’il fait pour le moment, à savoir marquer. L’imprévisible qui naissait des idées de Pirlo est maintenant délégué exclusivement à Dybala, les incursions de Vidal ont disparues parce que ni Sturaro, ni khedira ni Hernanes et tous ceux qui ont occupé le rôle de mezzala n’ont pas ses qualités ni sa capacité de réalisation. De l’autre côté, il y’a une attaque qui fonctionne comme Allegri l’espère et même Zaza, malgré son faible temps de jeu, a atteint une moyenne de but considérable (un but toutes les 74 minutes). La nouvelle Juventus peut continuer de grandir.

stat

Source : CDSport

LAISSER UN COMMENTAIRE