La Juventus abordait le Derby della Mole avec sur les épaules la fatigue et la déception engendrés par le déplacement à l’Allianz Arena. L’élimination de la Champions League par le Bayern a inévitablement laissé des traces chez les joueurs de la Vieille Dame. Pas tant du point de vue physique (l’équipe a tenu les 90′ et a tué le match au moment où le Torino était au mieux, signe d’une condition physique acceptable) que du point de vue mental. La presque remontée des hommes de Ventura en deuxième mi-temps doit donc davantage être mise sur le compte d’un fléchissement psychologique de la part des Bianconeri plutôt que sur le rythme plus soutenu imposé par les Granata.  Ensuite, on le sait, le Derby est un match particulier. Il est plus important pour le Torino que pour la Juve, mais il reste une rencontre à ne pas prendre à la légère, parce qu’il peut toujours réserver des surprises, et parce que la Juve, en tant que grand favori, est toujours attendue au tournant. Aussi, ce match représentait un test intéressant pour Daniele Rugani, le défenseur central révélé par Maurizio Sarri, qui jusqu’à présent n’avait trouvé que peu de place dans le onze d’Allegri.

Les raisons pour lesquelles Rugani a été si peu utilisé par Allegri ces derniers mois sont multiples. En premier lieu, il y a le système de jeu. Ou plus précisément, l’organisation défensive de la Juventus, qui est très différente de celle de l’Empoli, l’équipe où évoluait Rugani jusqu’à la saison dernière. Cette différence n’est pas tellement représentée par le passage entre la défense à 4 utilisée par l’Empoli la saison passée et la défense à trois de la Juve, mais plutôt par les principes de jeux divergents proposés par Sarri et Allegri. Alors que la défense de Sarri est basée sur la balle et oblige les joueurs à défendre en fonction de la position du ballon, tout en restant compacts et en maintenant les distances entre les lignes, la défense de la Juve est une défense en zone axée sur l’homme. C’est-à-dire qu’à la Juve, on défend en prenant en compte le ballon mais aussi l’adversaire. Ainsi, le défenseur doit non seulement adapter sa position en fonction de celle du ballon, mais aussi en fonction de l’adversaire qui se trouve dans sa zone de compétence. Cette différence se retrouve notamment sur les coups de pied arrêtés, au cours desquels Allegri demande à ses défenseurs de donner plus d’importance à l’adversaire, alors que chez Sarri, c’est la position du ballon qui reste prioritaire. A ces changements tactiques s’ajoutent aussi les difficultés provoquées par le passage d’un petit club de province à un grande équipe comme la Juve, ainsi que le fait d’avoir devant soi dans la hiérarchie des joueurs comme Chiellini, Bonucci et Barzagli.

Screenshot-1
Bonne diagonale défensive de Rugani sur Immobile.
Autre intervention défensive gagnante de Rugani, toujours sur Immobile.
Autre intervention défensive gagnante de Rugani, toujours sur Immobile.

Contre le Torino, Rugani a réalisé un bon match. Le jeune défenseur n’a jamais été mis en difficulté, et il n’a commis que peu d’erreurs. La seule action à lui reprocher est celle du but de Maxi Lopez où, à cause d’une erreur du timing et de positionnement, il rate son intervention sur Bruno Peres. Pour le reste, ses statistiques font état de 3 tackles réussis sur 5 et 4 interceptions. Lors des actions défensives, Rugani a toujours été attentif et a souvent réussi à interrompre les actions et les combinaisons des attaquants du Toro, grâce à ses anticipation et à sa bonne lecture du jeu.

Encore une fois Rugani anticipe Immobile et s'empare du ballon.
Encore une fois Rugani anticipe Immobile et s’empare du ballon.
Rugani, de la tête, interrompt un une-deux entre les attaquants du Torino.
Rugani, de la tête, interrompt un une-deux entre les attaquants du Torino.

Rugani a également apporté sa contribution à la phase offensive de l’équipe, en collaborant activement à la construction du jeu, qui à la Juve commence par les trois centraux. Rugani a réussi 57 passes sur 67, soit 85% de réussite. La plupart de ces passes ont été effectuée dans la partie centre-gauche du milieu, chose logique vu sa position de défenseur central gauche. Les détails relatifs aux passes de Rugani confirment la fluidité de son jeu. Il s’est appuyé en majeure partie sur les joueurs de sa zone de compétence, avec 15 passes versPogba, et 11 vers Alex Sandro et Lemina.

La phase de construction de la Juventus est confiée aux trois centraux, aidés par Lemina. Rugani en fait partie.
La phase de construction de la Juventus est confiée aux trois centraux, aidés par Lemina. Rugani en fait partie.

En ce qui concerne les passes reçues, Rugani a été sollicité 12 fois par Bonucci, 11 fois par Buffon et 10 fois par Pogba. Cela montre que, malgré son faible minutage depuis la début de la saison, ses coéquipiers ont confiance en lui et le sollicitent en phase de construction.

En conclusion, le match de Rugani nous rend optimistes. Même s’il ne s’agit que d’un seul match, et que Daniele pourrait encore n’être que peu utilisé pendant le reste de la saison, la copie rendue par l’ancien joueur d’Empoli a été convaincante, tant du point de vue défensif qu’offensif. Quels que soient les choix d’Allegri d’ici la fin de la saison, on espère que le jeune défenseur confirmera les bonnes choses montrées lors du Derby et se montrera prêt pour un rôle plus important l’année prochaine.

Source: http://www.juventibus.com/rugani-contro-torino-sempre-dentro-sistema-allegri/

LAISSER UN COMMENTAIRE