Au moment de faire sa conférence de presse, Maurizio Sarri ne savait pas encore que l’Inter et la Roma se quitteraient sur un score de 0-0 qui laisse à la Juventus la possibilité de reprendre la tête, une semaine après l’avoir perdue. Au contraire, il trouvait même le fait de s’être fait dépassé plutôt positif : « J’espère que ce dépassement au classement pourra avoir un effet bénéfique : avoir une équipe devant peut être une grande motivation pour nous et pour faire beaucoup de points ».

Quoiqu’il en soit, pour l’entraîneur de la Juventus, ces sommets du championnat ne sont pas encore décisifs : « Les points sont tous importants et toutes les rencontres ont la même importance. Mais c’est une journée avec un haut niveau de difficulté pour toutes les équipes en tête du classement et pour cette raison les points seront très importants ».

« Bentancur aura une grande carrière »

Khedira out 3 mois, Ramsey blessé et Pjanic malade : le milieu de terrain n’est pas au mieux. « Je ne suis pas très heureux de ces blessures mais il y a des moments dans la saison où ça arrive. Rabiot va mieux, il doit encore retrouver sa meilleure condition physique, mais d’un point de vue médical, il semble rétabli ». Avec le retour de Matuidi à droite, un ballottage entre Bentancur et Emre Can s’annonce : « Bentancur devient un joueur important. Il a des qualités physiques de haut niveau et une bonne technique. Il est destiné à une carrière très importante. Ces dernières années, il a très peu marqué. S’il passe ce cap-là, le futur lui appartient. Emre Can a fait des apparitions, ce n’est pas un joueur oublié même s’il a été exclu de la Ligue des Champions. Il sait que s’il fait bien, il sera pris en considération pour le championnat. Intervenir sur le mercato en janvier ? Je ne pense qu’à d’autres solutions, comme faire jouer Bernardeschi au milieu. Et j’attends les retours de Douglas Costa et Ramsey pour les tester ».

Il a ensuite fait le point sur les difficultés de son équipe à marquer : « Nous travaillons tous les jours pour mieux occuper la surface de réparation. Mais les caractéristiques comptent aussi. On ne peut pas priver Dybala d’aller chercher des ballons au milieu comme on ne peut pas enlever à Ronaldo le fait de partir de la gauche, chose avec laquelle il a construit une carrière exceptionnelle. Nous devons apprendre à remplir les espaces, même avec un meneur de jeu. Sans Douglas Costa, il est difficile de penser au 4-3-3 et le moment de grâce de Dybala est une des raisons pour lesquelles nous avons choisi de passer au 4-3-1-2. Les sifflets du Stadium envers Bernardeschi ? C’est un garçon très sensible et ça se voit dans la différence de confiance qu’il montre entre les matchs à domicile et à l’extérieur. C’est quelque chose de pesant pour lui. C’est un joueur important, il ne faut pas se laisser conditionner. Mon devoir est de l’accompagner, pas de le mettre au repos ».

« La Lazio peut s’inviter dans la course au titre »

Enfin, comment ne pas évoquer l’adversaire du jour : la Lazio. Une équipe en pleine forme, qui occupe la troisième place du championnat : « Ils sont forts. Ils ont pris 18 points sur les 6 derniers matchs avec une moyenne de 3 buts par match. Ils donnent l’impression de pouvoir s’inviter dans la course au titre. Au-delà de l’aspect tactique, ils ont de très grandes qualités. C’est la meilleure équipe en Italie sur les passes en profondeur dans les 25 derniers mètres, parmi les meilleures en Europe. Nous devrons essayer de limiter les atouts de nos adversaires. Je m’attends à une début agressif de leur part. Nous devrons résister à cet impact, en ressortir et les garder loin de notre surface de réparation ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here