Premier match à enjeu après la trêve internationale, c’est une Juventus remaniée en un inédit 4-3-3 à cause des nombreuses blessures qui se présente à Séville. En difficulté en Ligue des Champions, les bianconeri n’avaient d’autres choix que de s’imposer pour s’assurer la qualification en 8èmes de finale. C’est désormais chose faite grâce à cette victoire remportée à Séville.

Le résumé. Face à une équipe de Séville difficile à atteindre et encore plus à domicile, notamment grâce à ses capacités offensives, c’est une Juventus avec du caractère, de l’orgueil et du courage qu’il fallait pour réussir à mettre en difficulté le club espagnol.

Ce 4-3-3 avec Cuadrado et Alex Sandro en renfort de Mandzukic en attaque notamment, se montre prometteur dès le début du match : efficace d’un point de vue offensif, ordonné dans les phases défensives. Malgré ce bon début, c’est Séville qui ouvre la marque par l’intermédiaire de Pareja dès la 9ème minute de jeu ; provoquant une perte de précision et un passage de flottement dans le jeu chez les hommes de Max Allegri, qui accusent le coup. A mesure que la 1ère mi temps défile, les bianconeri se créent quelques occasions, malgré la domination sévillane, mais celles-ci sont soient repoussées par Rico, soient terminent leur course hors cadre.

C’est sur deux faits de jeu que la chance va sourire aux bianconeri. C’est tout d’abord Vazquez qui écope de deux cartons jaunes en 5 minutes et qui est expulsé du terrain, mettant ainsi les joueurs sévillans à 10 contre 11. C’est ensuite dans le temps additionnel de la 1ère période (45’+2) que Bonucci s’écroule, poussé dans la surface lors d’un corner. Le penalty est accordé par l’arbitre et c’est Claudio Marchisio qui se charge de le transformer.
Les deux formations retournent donc aux vestiaires à égalité, un but partout.

JuventusC’est dans une atmosphère très chaude et tendue dans le stade que les deux équipes font leur retour sur le terrain. La Juve commence à réussir à profiter de sa supériorité numérique pour mener un peu le jeu mais Séville se montre toujours dangereux à chaque récupération de ballon. Le match est marqué par de nombreuses fautes et cartons, et l’entraineur de Séville, Sampaoli, se voit finalement expulsé du bord du terrain après une réclamation faisant ainsi monter encore d’un cran la tension.

La domination des joueurs de la Juve reste stérile jusqu’à la 84ème minute de jeu où c’est finalement Leonardo Bonucci qui vient débloquer la situation en s’avançant et récupérant le ballon à la limite de la surface. Son tir est puissant, à ras de terre, imparable. Son but amène l’avantage 2 buts à 1 en faveur des bianconeri.

10 minutes plus tard, c’est dans le temps additionnel (90’+4) que Mandzukic conclu par un dernier but les efforts bianconeri. Score final 3 buts à 1. La Juventus est donc qualifiée pour les 8èmes de finale et temporairement 1ère du groupe H.

A noter, l’entrée du jeune Moise Keane à la 84ème qui fait alors ses premiers pas en Ligue des Champions. A 16 ans, et après son entrée samedi pour la première fois en Série A face à Pescara, il devient le 1er italien né dans les années 2000 à disputer un match de Ligue des Champions.

LAISSER UN COMMENTAIRE