Gardien titulaire des cages de la Juventus depuis le début de la saison, Wojciech Szczesny a fait un retour sur sa carrière dans une interview accordée aux micros de la BBC.

Arsenal

« J’aurais voulu rester à Arsenal pour toute ma carrière, c’est le club que j’aime et duquel je suis toujours supporter. J’ai tout donné pour jouer là-bas. Je suis triste de ne pas avoir pu faire plus avec le maillot des Gunners : j’ai gagné 2 FA Cup et 1 Community Shield mais ça m’aurait plu de gagner au moins une Premier League. Parfois cependant il faut penser avec la tête et pas seulement avec le cœur. »

Janvier 2015, Arsene Wenger le surprend à fumer, un épisode décisif

« Je suis un garçon normal, ça m’arrivait de fumer et j’ai été mis à l’amende par l’entraîneur.  J’ai beaucoup de respect pour lui mais vu ce qu’il s’était passé, cet épisode est arrivé quand j’ai perdu ma place de titulaire, ça a été une punition surdimensionnée. J’ai commencé à jouer en Premier quand j’avais 20 ans, peut-être qu’au début je n’étais pas prêt mentalement et cela m’a coûté quelque chose au niveau de la réputation. Mais ensuite tu grandis, tu muris. Maintenant je suis un mari et un père, donc ma vie a un peu changé. »

Le second de Buffon à la Juve

« Ma première pensée a été que parfois il faut faire un pas en arrière avant d’en faire deux en avant. Quand j’ai analysé la situation, au final ce n’était pas un pas en arrière parce que je savais que j’allais avoir du temps de jeu. J’ai joué 21 matchs, ce qui n’est pas mal du tout pour un deuxième gardien. J’ai aussi eu l’opportunité d’apprendre d’un des meilleurs de l’histoire et j’ai eu un an pour me préparer à le remplacer. Ça a été la meilleure opportunité de carrière que je pouvais avoir. Je suis heureux de la manière selon laquelle les choses se sont passées. Nous avons tous un moment difficile dans notre carrière et c’est à ce moment là que tu apprends à réagir. Là où je suis aujourd’hui, ce n’est pas arrivé par hasard, j’ai gagné ma place. Je n’arrive pas de nulle part. »

Buffon

« Il n’y a pas de meilleur moyen pour apprendre que d’observer les meilleurs dans leur travail. Juste être avec lui à chaque entraînement signifiait pouvoir voir comment il préparait les matchs, comment il communiquait avec les défenseurs. Pas seulement sur le terrain mais aussi dans le vestiaire. Il m’a aussi aidé à mûrir. Remplacer Buffon n’est pas un poids, pour mois c’est plus facile (sourire), je ne suis pas italien : je serai simplement le nouveau numéro 1 de la Juventus. Je n’aborde pas les matchs en pensant que je ne peux pas faire d’erreurs car tout le monde pensera à Buffon… Je suis simplement moi. »

Le début de saison des bianconeri : 9 victoires sur 9 matchs disputés

« Ce n’était pas facile à réaliser mais on peut dire que l’on s’attendait à remporter les premiers matchs. Si nous jouons à notre niveau, il est difficile de nous battre. Je veux gagner des trophées et continuer cette grande histoire. J’ai vu les sacrifices de Buffon : quand tu as 25 ans tout est facile, après les 35, chaque entraînement est un sacrifice et je ne me vois pas disposé à les faire à cet âge-là. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here