Lors d’une rencontre organisée par la Juventus à l’Allianz Stadium avec son partenaire Randstad, autour de l’innovation et de la technologie, le club avait également invité son gardien, Wojciech Szczesny, comme invité d’honneur. L’occasion pour lui de parler de son parcours, de son rapport avec les nouvelles technologies ou encore son compagnon dans les cages, Gigi Buffon.

Le monde a changé, la technologie est entrée dans la vie de tous : comment la vis-tu toi ?

« Selon moi, pour nous, tout est devenu plus facile. Même les entraînements : nous avons le GPS derrière nous qui nous dit quand on court et quand on est fatigués. On doit donner le maximum car avec cela, l’entraineur sait tout. La préparation des matchs est devenue plus facile parce que je peux demander de voir les vidéos d’analyses de mes adversaires. Tout a énormément changé ses 10 dernières années. Etre suivi, aussi dans le monde des réseaux sociaux, est une responsabilité. Notre rôle est d’être exemplaire. Mais avec les réseaux sociaux il faut gérer cela avec le juste équilibre, ce qui n’est pas facile. Gérer l’équilibre entre le personnel et le professionnel. »

Comment gères-tu le monde des réseaux sociaux ?

« Tout est plus facile. Quand on gagne, tout le monde est content. L’équilibre très important est celui de vouloir être reconnus comme footballeurs, par pour notre vie privée. Pour cela il faut du sacrifice et obtenir de bons résultats le dimanche. »

La famille et les réseaux sociaux comment la gérez-vous ?

« Dans mon cas c’est un peu différent parce que ma femme est chanteuse et elle, elle doit être reconnue comme personne privée, car plus elle a de personnes qui la connaissent plus celles-ci écoutent sa musique. Ensuite, chacun gère comme il veut. Tout est dans les choix, on ne fait pas ce que l’autre ne voudrait pas. Elle, montre plus de vie privée, pendant les vacances. Moi à l’inverse, je mets seulement des photos de football, de l’entraînement, parce que je veux être reconnu pour ce que je fais sur le terrain dimanche. »

Ton père a grandi dans un monde différent. Il y avait le mur, une autre Pologne. Te parle-t-il de comment était la vie ?

« Mon père était un footballeur et a été un grand exemple. Il n’avait pas un grand talent, c’était tout beaucoup de travail, c’était un excellent exemple. Mon père était souvent dehors, mon frère et moi étions toujours avec notre mère, ils n’avaient pas beaucoup d’argent. Nous avons donc appris le respect de l’argent. Maintenant que nous en avons, nous savons le gérer. »

Comment la technologie a changé le football ?

« La VAR est une chose nouvelle et importante pour le futur du football. Elle doit être améliorée mais c’est une grande nouveauté. Elle aide les joueurs, les arbitres, c’est importante. Les GPS que nous utilisons à l’entraînement nous aident aussi beaucoup. Le préparateur sait qui doit travailler plus, qui doit récupérer. Cela ne change pas le fait que nous sommes à 100% des athlètes. Nous devons rester concentrés et physiquement au top. On doit jouer tous les 3 jours, courir 12km par match, enfin heureusement pas moi ! Mais de toute façon nous devons nous entraîner dur, aller à la salle, on travaille beaucoup. »

A part le football qu’est ce qui te plait ?

« J’ai une grande passion pour le design d’intérieur. Ça a été ma passion déjà quand j’ai acheté ma première maison il y a 10 ans. J’ai 4 logements à Londres, 4 à Bologne et j’ai toujours tout arrangé tout seul ! »

Que t’a laissé chaque étape de ta carrière ?

« Je crois que l’expérience de Londres a été la plus importante. Je suis arrivé à 15 ans sa ma mère, sans aide. Une expérience importante aussi comme homme, parce que j’ai grandi rapidement. En fait, Londres c’est une maison pour moi. J’y ai beaucoup d’amis et de personnes qui m’ont été proches. Ça a été une belle expérience. »

Qu’est-ce que cela t’a apporté ?

« J’étais un phénomène en Pologne, le plus fort. Puis je suis arrivé à Arsenal et j’ai vu 90 joueurs plus forts que moi. C’est là que j’ai compris que pour arriver à un certain niveau, il fallait faire quelque chose de plus par rapport aux autres. J’ai donc tout de suite appris l’anglais et j’ai énormément travaillé sur le terrain, parce qu’il y avait 5 gardiens devant moi, puis 4, puis 3. J’ai alors compris que j’étais sur le bon chemin. Ensuite, j’ai su gérer la vie et les moments, et cela m’a porté ici. J’ai donc fait les bons choix comme ne pas trop sortir et faire la fête étant jeune, à 17-18ans à Londres. »

 Premier jour en tant que coéquipier de Buffon : qu’est-ce que cela représente de voir le mythe ?

« Incroyable. Je suis arrivé en sachant qu’il faisait sa dernière ou ses deux dernières saisons. Je me suis dit que c’était une expérience qui n’arrivait qu’une fois dans la vie. Je m’attendais à un très grand gardien, mais l’homme derrière est incroyable. Un grand leader d’équipe, un grand ami pour tous. C’est une personne que tout le monde aime. Il aide tout le monde. C’est quelqu’un d’extraordinaire. Je ne parlerai pas de son niveau de gardien, nous le connaissons tous. C’est une expérience de vie fantastique et j’espère qu’elle pourra continuer encore, une année de plus. »

Qu’est-ce que tu ressens lorsque tu endosses ce maillot ?

« Chaque jour nous pensons que nous avons une responsabilité importante. Nous devons gagner de toute façon, nous devons tout gagner. Pour cela nous devons faire plus que les autres. Pour nous gagner est quelque chose de normal, il y a donc une grande responsabilité de la part de tous pour se fatiguer, courir et faire plus que les autres. Je pense que c’est ce qui a porté la Juve pendant toutes ces années à gagner des trophées importants. 6 scudetti de suite c’est quelque chose d’extraordinaire. C’est très important pour nous et nous devons continuer sur ce chemin. Au moins 10 nous devons les avoir ! »

Qu’est-ce que tu voudrais faire une fois que tu termineras ta carrière ?

« Je voudrais travailler depuis chez moi une fois que j’aurai terminé avec le foot. Nous sommes toujours en déplacement, je pense que je dois à ma femme et à ma fille de travailler à la maison pour rester avec elles. Architecte et designer d’intérieur, ce serait mon rêve. »

LAISSER UN COMMENTAIRE